François Fillon parviendra-t-il à rattraper son retard ?

Par Marc Polisson

L’histoire se répète encore et encore. Parfois, il s’agit de la petite histoire. Comme celle d’Alain Juppé qui nous renvoie 20 ans en arrière, à l’époque où Edouard Balladur, chouchou de la classe médiatique, se voyait président de la République…

L’ancien Premier ministre de Jacques Chirac – le plus improbable président de la République que la France ait eu à supporter – est encore à ce jour le chouchou des sondeurs (les mêmes qui installaient confortablement Hillary Clinton à la Maison Blanche). Décrochera-t-il la pole position de la primaire de la droite et du centre, dimanche prochain ? Si l’on s’en tient à sa seule morgue et sa suffisance, la réponse devrait être négative. Mais nous ne sommes pas à l’abri d’une (mauvaise) surprise tant la versatilité de l’électorat est à son paroxysme. Mais ceux qui ont encore la mémoire intacte se souviendront des grèves de 1995 et de la victoire totale du syndicat communiste CGT. Les parlementaires, eux, n’ont jamais oublié la débillissime dissolution de l’Assemblée Nationale qui offrit à la gauche la France  sur un plateau deux ans plus tard.

Rassemblés aujourd’hui à la Brasserie Jullien (Lyon 6) autour de François Turcas, les journalistes lyonnais ont eu le plus grand mal à remplir leur grille de pronostic. Il se dégage néanmoins des échanges informels largement arrosés d’un délicieux Nuits Saint Georges, que les seconds couteaux Copé, Lemaire, et NKM détiennent les clés du second tour. Mais qui sera en finale dimanche 27 novembre ? Selon nos confrères, « les gesticulations de Nicolas Sarkozy, empêtré dans les affaires Bygmalion et Kadhafi contrastent avec la sérénité dégagée par François Fillon qui apparaît bien comme la révélation de cette campagne. Même si son plus gros boulet est d’avoir été pendant 5 ans le Premier ministre de Sarko. Néanmoins ses dernières déclarations sur le communautarisme* tranchent avec le consensus mou d’Alain Juppé, élu des sondeurs, et qui pourrait faire pschitt (comme Macron). Et comme Balladur en son temps »…

INFOS PRATIQUES
Premier tour : Dimanche 20 novembre 2016
Second tour : Dimanche 27 novembre 2016
Pour trouver votre bureau de vote :
http://www.primaire2016.org/ou-voter/
N’oubliez pas votre pièce de 2 euros et une pièce d’identité.

* « Je ne veux plus vous dire qu’il faut lutter contre «les communautarismes». Je l’ai dit comme tout le monde, mais en réalité, il n’y a pas des «communautarismes». Y’a pas de communautarisme catholique qui menace la République française. Y’a pas de communautarisme protestant qui menace la République française. Y’a pas de communautarisme juif qui menace la République française. Y’a pas de communautarisme bouddhiste ou je ne sais quoi … Y’a juste un problème, c’est le problème de la montée de l’intégrisme au sein de la communauté musulmane, et c’est ce problème-là qui doit être réglé. » François Fillon en meeting à Biarritz, le 12 novembre 2016, capté par sur BFM TV