Sébastien Duc ferait un très bon Monsieur Patrimoine pour Michel Havard – Photo © Fabrice Schiff

Par Marc Polisson

S’il est un sujet qui fédère les Français et les Lyonnais au-delà de toute préférence partisane, c’est bien Le patrimoine. Et pourtant, les candidats aux municipales ne font que peu de cas de cet enjeu à la fois culturel et économique.

Aucune des équipes en lice n’a mis en place un référent patrimoine, alors même que le sujet passionne les habitants du Grand Lyon (preuves en sont la réussite des Journées du patrimoine, et plus modestement, à notre échelle, le succès de nos numéros spéciaux consacrés au boulevard des Belges ou à la place Bellecour). Hors il s’agit d’un élément majeur du développement touristique et donc économique de Lyon avec des retombées directes en termes d’emplois et de business pour nos commerçants, hôteliers et restaurateurs.

Nous savons bien que pour l’équipe Collomb, ce n’est pas une priorité même si nous approuvons les actions ponctuelles réalisées par la municipalité sortante sur des sites emblématiques (Musée Gadagne, primatiale Saint Jean…). Mais l’on ne sent pas de réelle volonté, ni d’enthousiasme. Ce qui explique sans doute l’état de délabrement avancé de certaines églises (Saint Sauveur, Saint Bernard, Saint Bonaventure…), le délaissement de la maison du Chamarier à Saint Jean ou l’abandon de la Galerie des Terreaux. Sans oublier les démolitions à répétition et le massacre à la bétonneuse des villages-quartiers de la Croix-Rousse et de Montchat auquel nous consacrons un dossier dans notre magazine de mars.

Chez Michel Havard, on nous renvoie vers Eric Pelet, le maître es culture de « Génération Lyon ». Alors que son équipe dispose en son sein d’un véritable spécialiste. Sébastien Duc, c’est son nom, est l’adjoint du maire du 6ème en charge du patrimoine. Durant son mandat, il n’a pas chômé, réalisant avec APPL6, l’Association Pour la Promotion du Patrimoine Lyon 6ème, à qui il donne l’impulsion, de nombreuses actions concrètes comme l’inventaire général du patrimoine de l’arrondissement, les demandes d’inscription supplémentaires des monuments historiques, l’édition du Plan historique et patrimonial du 6ème – une initiative qu’on aimerait voir reconduite sur les 8 autres arrondissements -, la réorientation du salon des Métiers d’art…

« Le Duc » a fait le job, mais son avenir politique reste, à ce jour, en pointillé. Sans doute parce qu’il ne l’est pas assez. Dommage alors même que son expertise sera très utile à la future équipe municipale qui devra faire des choix cohérents et cruciaux en termes d’urbanisme, mettre en place une politique volontariste et ambitieuse de promotion et de respect de son patrimoine mais aussi redonner vie et trouver une affectation cohérente à l’ancien musée Guimet.