En cas de victoire de Gégé, Denis Broliquier est assuré de conserver sa mairie – Photo © Fabrice Schiff

Par Marc Polisson

L’union de l’UDI et de l’UMP au premier tour des municipales lyonnaises à peine portée sur les fonts baptismaux de la Comédie Odéon que ça tourne déjà à la comedia del arte.

Alors qu’à Paris, on s’achemine vers une multiplication des listes à droite, le scénario pourrait se reproduire dans les deux arrondissements de Lyon où siègent de nombreux élus divers droite qui ne figureront pas sur la liste emmenée par Michel Havard. C’est l’effet mathématique de la liste commune : il y a deux fois moins de places à pourvoir qu’en 2008. De plus, la configuration annoncée de la liste du 6ème, pose le problème du renouvellement : «  Ce n’est pas vraiment sexy avec Dominique Nachury en tête de liste et Jean-Jacques David en seconde position » balance une élue. Et de rappeler que le maire sortant du 6ème avait annoncé en 2008 qu’il ne se représenterait pas 6 ans plus tard…

Il existe donc un vrai mécontentement chez les jeunes membres de l’exécutif des 2ème et 6ème arrondissements. Qui sont tentés de faire cavalier seuls et de monter leur propre liste. Mais ce serait prendre le risque de faire tomber l’accord qui garantit à Denis Broliquier de conserver sa mairie du 2ème. C’est ce dernier qui est chargé de les calmer. Car il entend bien régner encore un mandat dans son fief. La présentation de l’équipe de campagne lundi à la Comédie Odéon relevait en effet du virtuel. Les personnalités dévoilées ne seront maires d’arrondissement que si Michel Havard emporte la mairie centrale. Dans cette hypothèse, Denis Broliquier deviendrait son Premier adjoint, abandonnant de fait sa mairie de la rue d’Enghein à Véronique Bauguil.

Pas sûr que les électeurs de droite comprennent et apprécient ces petites combines politiciennes…