Par Morgan Couturier

Longtemps espérée et ardemment courtisée, l’Américaine Alex Morgan a enfin posé avec le maillot lyonnais, ce week-end, à l’issue de sa présentation officielle. Un joli coup sportif et marketing.

Dans une relation, il est souvent déconseillé de s’hasarder que sur le physique. À voir la plastique de la joueuse américaine, habituée des shootings photos, il est vraisemblable de supposer un quelconque coup de foudre de Jean-Michel Aulas pour son attaquante. De cette hypothèse réside une part de vérité, celle d’un président séduit avant tout par l’une des meilleures joueuses du monde. Un gros coup réalisé à force de persuasion et de tweets bien sentis, dont Alex Morgan et Jean-Michel Aulas sont de fervents adeptes.  « Avec Alex Morgan, on accueille une star du football féminin mais aussi une personne très présente sur le plan de la communication et sur les réseaux sociaux, avec près de 11 millions de personnes qui la suivent. On est à un niveau de notoriété absolument extraordinaire », glissait ainsi le président de l’OL, lors de la présentation de sa nouvelle vedette. Très présente sur la toile, la recrue phare de ce mercato hivernale fera d’ailleurs l’objet d’une websérie d’une vingtaine d’épisodes à destination du public américain. Un secteur où le club lyonnais entend s’exporter. En homme d’affaires accompli, Jean-Michel Aulas a bien évidemment conscience d’avoir attiré dans ses filets, une joueuse à fort potentiel marketing. Mais c’est bien sur les terrains, qu’Alex Morgan, souvent comparée à David Beckham pour son aura, sera attendue. « Je souhaite m’améliorer en tant que joueuse et je veux participer à la construction du football féminin, déclarait l’intéressée. Mon objectif c’est de devenir la meilleure joueuse du monde. Je pense en être capable ». L’icône du football féminin, floquée du numéro 13, a six mois pour confirmer l’idylle.
À Lyon, les supporters sont déjà sous le charme.