Par François-Jean Tixier

 

Vainqueur 5-1 du club belge d'Anderlecht, mercredi 19 août 2009 au stade de Gerland en match aller des barrages de la Ligue des Champions, Lyon, impressionnant collectivement, s'est mis en position de force pour décrocher sa dixième qualification consécutive en C1.

 

Parti à la reconquête du titre de champion de France perdu au profit de Bordeaux, l'OL, qui jouera le retour mardi 25 août à Bruxelles, a certainement déjà reconquis son public, resté sur sa faim la saison dernière. Car l'équipe lyonnaise a disputé l'un de ses meilleurs matches depuis que Claude Puel en est l'entraîneur. Ce dernier, arrivé en début de saison passée, s'est montré plus audacieux qu'à l'accoutumée en alignant un dispositif en 4-2-3-1 avec Kim Källström, laissant Jean II Makoun remplaçant, en récupération aux côtés de Jérémy Toulalan, et avec le jeune Miralem Pjanic comme meneur de jeu derrière Bafétimbi Gomis. Michel Bastos, un gaucher à droite, et Lisandro Lopez, un droitier à gauche, se sont, quant à eux, chargés d'animer les ailes. L'Argentin a de nouveau été omniprésent.

 

Malgré une chaleur caniculaire, l'OL a pris à la gorge d'entrée son adversaire ouvrant rapidement la marque sur un coup franc tiré par Pjanic (10) obtenu par Lisandro avant de doubler l'écart sur un penalty transformé par ce dernier accordé pour une faute commise sur lui-même (14). Sur l'action précédente, c'est Anderlecht qui avait manqué d'égaliser, Hugo Lloris contrant Matias Suarez à la réception d'un centre de la droite (14). Mais les Lyonnais, plus réalistes que samedi face à Valenciennes (1-0), ont fait preuve d'une belle maîtrise qui leur a permis de maintenir sous pression les Mauves à la défense bien statique. Michel Bastos a porté le score à 3-0 d'un tir terrible du gauche (39) avant que Bafétimbi Gomis n'ajoute un quatrième but peu avant la mi-temps en reprenant une passe de la droite de Lisandro, nouvelle idole de Gerland, après un travail initial d'Aly Cissokho (42). Gomis portait le score à 5-1 en seconde période concrétisant un bon service de Bastos (63) après que Matias Suarez a réduit l'écart peu avant (4-1, 58). Les quatre recrues de l'OL ont ainsi justifié leur prix de 70 millions d'euros et l'Olympique lyonnais a fait la démonstration d'un fort potentiel à confirmer.