Par Alissia Ahr

La projection « Visages d’Orient, Lumières d’Ainay » va retracer l’histoire de la Mésopotamie en plongeant les spectateurs dans la vie de milliers d’Irakiens à travers le temps. Avec la façade de l’abbaye d’Ainay en guise d’écran géant.

« De la naissance de l’écriture aux manuscrits, des visages d’hier à ceux d’aujourd’hui », la projection fait voyager sur les terres d’orient. 3000 ans d’Histoire accompagnées de photographies, d’images, de voix et de musiques mises en scène par Agnès Winter, connue pour réaliser des projets pluridisciplinaires et d’art public dans différents pays. Comme en 2007, où elle avait projeté plusieurs centaines de visages souriants sur le Rockefeller Center à New York. Elle s’attaque désormais à Lyon accompagnée de la Fondation Saint-Irénée. Le but ? Maintenir un lien entre les chrétiens d’Irak et de Lyon (jumelage Lyon-Mossoul, né en juillet 2014) grâce à trois piliers : prier, agir et partager, communiquant une « réalité d’espérance et de poésie ». Les actions mises en place visent à soutenir les populations déplacées de la plaine de Ninive (Irak).

Visages d’Orient, Lumières d’Ainay
Jeudi 2 et vendredi 3 février 2017 à la Basilique Saint-Martin d’Ainay, place d’Ainay (Lyon 2e), de 18h à 23h (toutes les 30 minutes).
Une exposition de peintures, réalisées par des artistes irakiens, sera présentée dans la basilique durant la semaine du 2 février au 9 février.