gilbert-pecoud2009 Par Alain Vollerin

 

A l'heure, où la Crise s'affirme au plan mondial, où chacun se replie sur lui-même habité par de profonds doutes, où nul ne sait s'il sera épargné par le chômage et ses sinistres conséquences, la peinture de Gilbert Pécoud se décline de plus en plus comme un plaidoyer pour l'Humanité, un lieu de recueillement pour les vrais humanistes.

 

Pas question de transformer Gilbert Pécoud en peintre politisé, car son œuvre va bien au-delà des clans et des partis. Ils étaient nombreux, persuadés de partager ces humaines convictions, tous réunis ce jeudi soir 17 décembre 2009 à la Nouvelle Echelle d'Or devant de nobles bouteilles proposées par un amical et habile vigneron de Davayé, le sensible Frédéric Curis. Rétrospective ou œuvres récentes s'interrogeaient les non-initiés ? Rétrospective, bien entendu, puisqu'il était question de fêter la sortie du magnifique ouvrage (selon l'avis unanime) qui décrit plus de quatre décennies de la vie de Gilbert Pécoud dédiées à la peinture, sous l'invocation emblématique de l'Ombre et de la Lumière. Vous apprendrez beaucoup de choses. Un exemple. Tout jeune, il disposait d'une carte du musée des Beaux-arts de Lyon qui lui permettait de venir copier des modèles. Vous verrez plus de 300 œuvres (dessins, pastels et peintures) classées en 12 chapitres. Après la période rouge qui lui avait permis d'affirmer sa personnalité dans sa différence, et de conquérir sa place dans notre microcosme, après les paysages lyonnais où sa nature s'exprimait en transcendant le réel, après les paysages des Dombes où son âme rétive rejoignait la ténébreuse Nature, Gilbert Pécoud a entrepris une convaincante série intitulée la Fuite.

 

Œuvres récentes également, puisqu'aux puissantes compositions que nous avions découvert l'an dernier, ici même, viennent se joindre de sublimes dessins en grands formats où des blancs opulents et laiteux affrontent des noirs puissants, alors que des gris subtils nourrissent notre regard. Tout est dit dans la nuance. Des foules s'avancent face à un univers hostile. Ces hommes et ces femmes souffrent. Ils portent avec douleur des nouveau-nés, des rictus marquent leurs faces endolories. L'un après l'autre, ils déclenchent la compassion des cœurs les plus fermés. Ils sont au fond de l'abîme. Oui. Nous pouvons le croire. Et pourtant, non. Ils disposent d'une richesse encore. Ils sont ensemble. Ils sont unis dans le même élan. Voici bien ce qui manque à nos sociétés chancelantes, car, peut-être en écoutant les sirènes du profit facile et de la cupidité, elles ont perdus leurs valeurs fondamentales. L'œil de Gilbert Pécoud n'est pas rivé sur le passé, bien au contraire. Sa présence à l'école des Beaux-arts, où il travaille, lui permet de voir ce que conçoit la nouvelle génération. Quelle ouverture sur le monde à venir ? Nourri d'un sincère attachement à l'Autre, l'art de Gilbert Pécoud est partout présent dans cette exposition qui vous permettra de vivre un inépuisable dialogue avec un homme qui chemine sans se laisser atteindre par la tentation de paraître sans être.  

 

Jusqu'au 12 février 2010

Galerie Nouvelle Echelle d'Or

124 rue de Sèze – Lyon 6ème

09 71 27 99 42

Métro Masséna

Le livre " Gilbert Pécoud – Ombre et Lumière " est visible à la galerie.