senequier Quatre personnes, dont Catherine Sénéquier, la fille du patron du célèbre café éponyme de Saint-Tropez (Var), soupçonnées d'être impliqués dans un trafic de cocaïne, ont mises en examen et incarcérées, a-t-on appris vendredi de source proche du dossier.

 

Mercredi, Catherine Sénéquier, âgée d'environ 35 ans, et quatre autres personnes avaient été interpellées mercredi par les policiers de l'antenne toulonnaise de la police judiciaire de Marseille, dans le cadre d'une commission rogatoire délivrée par un magistrat de la juridiction inter régionale spécialisée (JIRS) de Marseille qui instruit depuis plusieurs mois un dossier de trafic de cocaïne dans le golfe de Saint-Tropez. Début juillet, une partie supposée du réseau avait été démantelée avec une première série de douze interpellations, la plupart étaient des personnes connues des services de police et âgées de 30 à 45 ans. Le directeur de la police judiciaire interrégionale Christian Lothion avait expliqué que ce trafic de cocaïne, saisonnier -une dizaine de kilos pour l'été- était destiné à "alimenter les soirées branchées de certains établissements de nuit mais aussi des soirées privées". 1,2 kilo de cocaïne et 20.000 euros avaient été saisis au domicile de l'un des interpellés. Les policiers y avaient également découvert une clef qui les a menés jusqu'à un box à La Valette (Var) où étaient entreposés quatre lance-roquettes, 13 kalachnikovs, de nombreux pistolets mitrailleurs et automatiques, 118 kilos d'explosifs, des grenades, de détonateurs mais aussi des perruques, cagoules et gilets pare-balles. Sept personnes au total avaient été mises en examen et écrouées après la découverte de cet arsenal.