Propos recueillis par Marc Polisson

Interview exclusive et inédite. En 2008, dans le cadre d’un dossier consacré à son village de Collonges, Lyon People est allé rencontrer Monsieur Paul dans son petit salon. A la fin de cet entretien particulièrement cordial, nous avons échangé sur sa succession et sur la mort. Nous publions cet entretien pour la première fois, le jour de sa disparition.

Votre fils Jérôme est installé à Orlando. Reviendra-t-il à Collonges assurer la succession ou serez-vous le dernier Bocuse de Collonges ?
Peut-être… Lui ne veut pas revenir pour le moment.

Comme Mitterrand qui affirmait qu’il serait le dernier grand président, vous serez le dernier Bocuse derrière les fourneaux de Collonges ? Est-ce que cela vous attriste ?
Ça m’indiffère. Je pense que j’ai eu tellement de plaisir et tellement de choses….

Que deviendront l’auberge et l’abbaye si Jérôme ne rentre pas au pays ?
Vous savez, je suis toujours très bien entouré. Vous connaissez Vincent, le mari de Stéphanie Bernachon ?

Oui, tout à fait.
Il est à mes côtés et je pense que lui pourra faire quelque chose, à moins qu’il ne meure avant moi ! (Rires) Je crois qu’il sera capable de faire tourner tout ça…

Vous souhaitez que cela continue alors que les gens parlent de musée ?
Ça peut continuer, il y a des maisons qui ont continué, il s’agit de bien structurer.

Le Pont de Collonges rebaptisé Pont Paul Bocuse le 16 mai 2011 – Photo Fabrice Schiff

Il y a plusieurs caveaux de famille au cimetière de Collonges dont ceux de Georges et de Nicolas. Avez-vous choisi votre dernière demeure ou ferez-vous ériger un monument à votre gloire ?
Moi, je me ferai sûrement incinérer et je ferai balancer mes cendres dans la Saône du haut du pont de Collonges !

Est-ce vraiment bien pour tous les gens qui vont venir à Collonges et qui voudront se recueillir sur votre tombe ?
Ils le feront du pont de Collonges !

Si vous décidez de vous faire incinérer, on peut imaginer que votre exécuteur testamentaire respectera vos volontés à la lettre ? Vous l’avez déjà choisi ?
Bien sûr.

On peut savoir qui c’est ?
Oh non. Ça fait longtemps que j’ai fait mon testament car je ne voulais pas mourir ! La preuve ! Aujourd’hui c’est très compliqué, mais j’ai souhaité que ça se passe comme ça.

Ça sera particulier… Mais j’espère que nous aurons une belle messe…`
Oh non ! Surtout pas ! (Rires)

Que va vous dire le bon Dieu en vous accueillant, Monsieur Paul ?
Est-ce qu’il y a un bon Dieu ? Si vraiment il y avait un bon Dieu, il ferait moins de choses sur la terre… On ne verrait pas un mec tuer ses 2 filles, on ne verrait pas le pharmacien qui a oublié son gosse dans la voiture,… je pense qu’il y a trop de catastrophes. Je pense qu’Il est allé trop vite pour faire son boulot. Il a fait ça en sept jours mais il aurait dû mettre un peu plus longtemps !

 

Propos recueillis à Collonges, le 16 juillet 2008

Dossier spécial Monsieur Paul et vous
Envoyez-vous vos photos avec Paul Bocuse :contact@lyonpeople.com
(en mentionnant votre nom, prénom, la date et le lieu de la photo)