Par Morgan Couturier

Dans un Palais qui ne cesse d’alimenter la polémique depuis deux mandats, Catherine Jullien-Brèches a profité de ses vœux pour 2020 pour régler quelques comptes et évoquer les réalisations faites au cours de l’année écoulée.

« Pendant six ans, nous avons joué la transparence », a-t-elle souligné. Soucieuse d’entretenir sa ligne de conduite, Catherine Jullien-Brèches a donc mis les points sur les i, à l’heure de formuler ses vœux pour l’année 2020. « Battez-vous pour vos rêves. Laissez parler les gens. Qu’ils disent du bien de vous, tant mieux, et s’ils disent du mal de vous, ils n’ont qu’à regarder un peu pour voir s’ils font mieux », s’est-elle prononcée, avant de placer des attaques directes à l’encontre du gouvernement macroniste, et par ricochet à son opposant déclaré, le délégué LREM de Haute Savoie, Marc Béchet, présent dans la salle avec ses soutiens.

« Jamais un gouvernement n’aura autant matraqué fiscalement la propriété privée, la détention du patrimoine et sa transmission pour se placer en marge de la montagne et des montagnards. Les spécificités de nos montagnes ne sont entendues ni à travers les politiques économiques, sociales, ou encore environnementales. »

Un discours que n’a pu entendre le 3ème candidat à l’élection municipale, Denis Worms, éloigné de Megève pour cause de décès dans sa famille. Forte de ses 400 animations organisées en 2019, la maire de Megève a donc promis de demeurer active en 2020. Pour entamer ce millésime, cette dernière a donc opté pour un proverbe limpide : « L’homme jeune marche plus vite que l’ancien, mais l’ancien connaît la route ». Suivez son regard…



> Retrouvez son discours dans son intégralité, en cliquant ici.

Jeudi 16 janvier 2020