Le ministre de l’Intérieur a tranché et confirme la révocation de Neyret, réclamée par le conseil de discipline de la police après l’audition mardi de l’ex-superflic de Lyon.

C’est la sanction la plus lourde qui pouvait frapper Michel Neyret. Elle est effective depuis vendredi soir. « Après avoir pris connaissance de l’avis du conseil de discipline de la police nationale, le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, a décidé la révocation du commissaire Michel Neyret » , indique Beauvau par voie de communiqué. Une confirmation sans surprise. Plus tôt dans la journée, Valls avait brocardé, sur les ondes de RTL, la trajectoire de l’ancien n°2 de la PJ de Lyon. « Au-delà des carrières qui parfois sont de très grande qualité, à ce niveau-là, un policier ne l’a pas été » , a-t-il expliqué. Après la sanction administrative, Neyret doit passer sous les fourches caudines de la justice. Mis en examen, le désormais "ex-commissaire" doit répondre à douze chefs d’accusation, dont la corruption et le trafic de stupéfiants.