Après le tollé provoqué par le projet de mariage pour tous, François Hollande évoque désormais une « liberté de conscience des maires. »

 

« Le problème de cette loi n’est pas la bonne ou la mauvaise conscience des maires à célébrer des mariages entre personnes de même sexe et à leur donner accès à l’adoption , tempête Denis Broliquier. Non le vrai problème de cette loi, c’est le droit de l’enfant a avoir une filiation claire et reconnue. » Face aux maires de France réunis en congrès mardi 20 novembre 2012, le président de la République a assuré que la future loi concernant le mariage pour tous s’appliquerait en respect de « la liberté de conscience » de chaque élu. « Ouvrons les Etats généraux de la famille pour discuter sereinement de toutes ces questions fondamentales », exhorte le maire du 2e arrondissement de Lyon.