L’ancien ministre et ex-sénateur UMP de l’Ardèche Henri Torre, promu au grade de chevalier de l’Ordre national de la Légion d’honneur, a indiqué qu’il refusait cette distinction, bafouée selon lui par "la nomination de n’importe qui".

 

Henri Torre, 78 ans, qui a quitté son siège de sénateur en 2008 après avoir été élu à la Haute assemblée pendant 28 ans, a appris lundi par la presse qu’il faisait partie de la promotion du Nouvel An. " Je ne demanderai pas la confirmation de cette promotion. Je la rejette ", a déclaré M. Torre à l’AFP, rappelant qu’il l’avait déjà refusée en 2008. " On a nommé trop de gens qui ne méritaient pas d’être nommés. On a bafoué cette haute distinction en nommant n’importe qui ", a-t-il expliqué. L’ancien ministre du gouvernement de Pierre Messmer (1973) s’est en outre interrogé sur cette promotion " à quelques mois des élections ". " Je la rejette car je n’ai plus confiance dans ceux qui nous dirigent actuellement ", a dit celui qui fut aussi député et président du Conseil général de l’Ardèche. La promotion du 1er janvier est une des trois promotions annuelles à titre civil avec celles de Pâques et du 14 juillet.