Les présidents changent, l’esprit du club reste. C’est justement celui qui en fut le premier gardien, Georges Poix qui prend les rênes du club économique lyonnais.

 

Fort de 500 membres, l’O.U.R.S. (Ouvrage, Urbanisme, Réflexion, Société), se veut un club totalement indépendant, « libre de mener ses travaux et de choisir ses conférenciers » comme le souligne le nouveau président. L’association va lancer plusieurs groupes de travail afin de présenter des propositions sur l’évolution de la métropole lyonnaise.