Le bureau des TBL et les trois impétrants – Photos © MP

Par Marc Polisson

Les assemblées générales des Toques Blanches Lyonnaises sont un concentré de sérieux, de potache et d’émotion. La dernière en date qui se tenait lundi 20 janvier 2014 dans les salons du Sofitel Bellecour n’a pas échappé à la règle.

Du sérieux quand, de sa voix de stentor, Christophe Marguin apostrophe – par contumace – les éternels absents menacés d’exclusion définitive pour non-participation aux activités de l’association. « Des mesures vont être prises !  » assène-t-il tandis que l’avocat Frédéric Gutton énonce que les statuts ont été toilettés dans ce sens : trois absences non justifiées, et hop du balai !

Toques blanches lyonnaises 2Du sérieux encore avec la nouvelle loi sur le non cumul des mandats (Gégé devrait en prendre de la graine !). Un chef TBL ne peut plus poser la plaque de l’association sur tous les établissements dont il est propriétaire. C’est ainsi qu’Olivier Paget (Le Fleurie et l’Ame Sœur) et qu’Éric Hubert (Musées Saint Pierre et Gadagne) ont solennellement rendu leur seconde plaque. Nous enquêtons pour savoir si des petits malins sont passés entre les mailles du filet…

Du sérieux toujours quand le trésorier Joseph Viola le rapport financier (les comptes du pays sont dans le rouge, ceux des TBL dans le vert fluo). De nouveaux partenaires (Comptoir de la Caisse, Chapoutier, Saint Géron, Syloc…) participent désormais à l’effort de guerre. Comptes approuvés à l’unanimité. Enfin les artisans d’art peuvent désormais bénéficier du label de l’association. Parmi les premiers sélectionnés le graveur MOF Nicolas Salagnac et le tapissier MOF Jean-Michel Bitch.

Toques blanches lyonnaises 3Du potache quand il s’agit de distribuer des médailles – la marotte de Christophe – aux anciens combattants des fourneaux lyonnais à commencer par le joyeux Jacky Marguin (le père de…), en passant par l’incontournable Colette Sibilia et en finissant par le fort en gueule Bernard Constantin. Standing ovation pour ces trois grands noms de la gastronomie lyonnaise qui prennent l’affaire avec fierté et humour.

De l’émotion et du recueillement à l’instant de l’hommage rendu par le président Laurent Bouvier à Olivier Belval et aux chefs disparus au cours de l’année 2013. Pas une mouche ne vole. Total respect.

A l’ordre du jour également, la sortie de l’édition 2014 du Guide des Toques Blanches Lyonnaises concocté par Hervé Bal, la signature d’une convention avec le lycée Rabelais de Dardilly et l’intronisation de trois nouveaux chefs – sur une douzaine de postulants – à savoir Maurizio Bullano (Due – Lyon 9), Anthony Keravec (Jour de Marché – Lyon 6) et Nadir Kaced (Le verre et l’assiette – Lyon 9), tous trois titulaires du diplôme de Maître Restaurateur.