Photo © LP

Par Benjamin Solly

L’aventure du chef lyonnais à la tête de l’ex-Rue Le Bec à Confluence n’aura duré que quatre mois.

Sur le papier, l’aventure semblait belle. Même si les quatre repreneurs de la Rue Le Bec avaient des allures d’armée mexicaine. Un traiteur, Franck Sucillon, un marchand automobile, Frédéric Sartou, le patron du Boui-Boui Café, Stéphane Fioc, et l’étoilé Christian Têtedoie s’associent. Ils emportent le morceau devant le tribunal de commerce, pour 100 000€, après le départ à la cloche de bois de Nicolas Le Bec.

Mais les débuts sont rudes. Ils sont sévèrement retoqués par le maire de Lyon Gérard Collomb. Lorsque ce dernier apprend que le quatuor souhaite faire de l’espace de 2000 m2 au cœur de la Confluence un cabaret, il se fâche tout rouge. Projet enterré. Va pour une brasserie. Elle s’appellera Les Salins, un nom soufflé par Gégé himself.

Inauguré le 18 septembre 2012, le vaisseau n’a jamais trouvé son rythme de croisière. Les associés visaient un chiffre d’affaire annuel de 4 millions d’euros pour faire tourner l’immense paquebot des bords de Saône. Une gageure au regard de la fréquentation de l’établissement depuis son ouverture.

« Je pars pour des désaccords sur la ligne culinaire suivie par la brasserie », a déclaré Christian Têtedoie, joint par Lyon People. Le col tricolore  a récupéré sa mise de départ et souhaite se consacrer pleinement à son restaurant de l’Antiquaille, qu’il n’avait pas pour autant déserté depuis l’ouverture des Salins.

Le Docks 40, établissement voisin des Salins, pourrait bien fondre sur l’affaire.