parc-stantoine.jpg Par Clara Mazuir

Gérard Collomb, Jean-Louis Touraine, premier adjoint au Maire de Lyon délégué à la tranquillité publique, la  sécurité, à l’optimisation des déplacements et au cadre de vie et Gilles Buna, Vice-Président du Grand Lyon, ont présenté les différentes phases de travaux de construction du nouveau parc de stationnement Saint-Antoine.

La construction du nouveau parc de stationnement Saint Antoine, entre la place d’Albon et le pont du Maréchal Juin représente un coût de 32 millions d’euros, dont  1,7 million pour les fouilles archéologiques. Un budget entièrement financé par Lyon Parc Auto. L’aménagement des Rives de Saône a, selon Gérard Collomb, « la même destinée que pour la Confluence, beaucoup critiquée, jamais égalée ». La mairie voit en ce réaménagement de 5 hectares « une redécouverte de la Saône emblématique grâce au contact direct avec les piétons » et « des nouvelles liaisons entre la Presqu’île, la Saône et la colline de Fourvière ». Le parc de stationnement se composera de 5 niveaux non inondables, 801 places pour les voitures, 19 pour les motos et 140 pour les vélos. Un « parking nouvelle génération » puisqu’il comprendra une conciergerie, des consignes, un espace d’attente pour le covoiturage, des sanitaires, un espace de locations, un atelier de réparation des vélos et de lavage voitures. Quant aux terrasses de la Presqu’île, les trois voies de circulation et le stationnement le long des façades seront maintenues, le marché des bouquinistes, alimentaire et manufacturé sera mis en valeur. Les travaux débuteront dès le second semestre 2015. Les rives de Saône subiront 8 opérations d’ici 2014 et 15 kms aménagés grâce à 8 équipes de concepteurs, un directeur artistique et 14 artistes. Toutefois, Gérard Collomb a tenu à préciser que les rives de Saône se différencieront des quais du Rhône, l’espace étant trop restreint, « la promenade restera plus intime. »