© DR

Parce qu’ils ne pas se sont pas présentés à la réunion qui déciderait de leur statut en Irak, les chrétiens doivent choisir entre se convertir, payer un impôt supplémentaire ou mourir « par l’épée » selon le décret émanant de l’Etat Islamique.

Malgré les nombreuses actions d’intimidation et de persécution dont la minorité chrétienne fait l’objet, « la situation des chrétiens d’Irak n’est pas un grand générateur d’émotions » en France, comme s’alarme le cardinal Barbarin. Dans l’urgence, il en appelle à la réaction des pouvoirs publics, des médias mais surtout des Français.  L’archevêque de Lyon fait d’ailleurs partie d’une délégation d’émissaires de l’église catholique en France, aux cotés des Mgr Dubost et Mgr Gollnisch, qui se rendra en Irak du 28 juillet au 1 août prochain. La manifestation lyonnaise de soutien aux chrétiens d’Irakaura lieu place Saint Jean à Lyon (5ème), samedi 26 juillet à 15h.