Neyret-libre_charlotte.jpg Sa fille Charlotte est venue le chercher à la prison de la Santé – Photo © Fabrice Schiff

 

Par Clara Mazuir

 

Après plus de 7 mois de détention à la prison de La Santé à Paris, l’ex numéro 2 de la PJ lyonnaise a été remis en liberté mercredi 23 mai. L’ex commissaire s’est rendu, en toute discrétion, dans l’Est de la France.

 

Libre mais interdit de séjour à Lyon et dans le département du Rhône. Michel Neyret, poursuivi pour « corruption », « trafic de stupéfiants », ou encore « association de malfaiteurs », est désormais obligé de ne pas quitter le lieu de résidence signifié aux juges. Obligation lui est faite de pointer régulièrement à la gendarmerie. L’ex commissaire n’a nul droit de rencontrer les protagonistes de l’affaire, y compris sa femme, Nicole. Ses amis lyonnais feront le voyage ce week-end pour le retrouver. Il devra rester à disposition du juge dans la réalisation de son enquête. Une liberté partielle, mais qui est bien accueillie, après quelques 234 jours à la maison d’arrêt à la Santé de Paris. L’ancien « super-flic » a passé 20 ans à l’antigang et est aujourd’hui suspecté d’avoir utilisé de la drogue pour rémunérer ses indicateurs. Cette libération vient ponctuer les quatre auditions de plusieurs heures chez le juge Gachon, trois demandes de remise en liberté par ses avocats et une requête en nullité de la procédure rejetée par la cour d’appel de Paris. L’arrestation du commissaire avait provoqué un choc au sein de la police et sur les onze protagonistes mis en examen, deux restent en détention.