patrouille-de-france-1.jpg Photos © Fabrice Schiff

 

Par Benjamin Solly

 

Neuf Alpha Jets de la patrouille de France ont survolé la capitale des Gaules lundi matin. Un prélude spectaculaire aux cérémonies de commémoration du 68e anniversaire de la libération de la ville.

patrouille-de-france-2.jpg

Un panache de fumée bleu-blanc-rouge et une parade unique à Lyon. « C’est la première fois que la patrouille de France participe aux festivités de la libération », ergote-t-on dans l’entourage du maire de Lyon. Et si Gérard Collomb, en réunion toute la matinée dans les locaux du Grand Lyon, n’a pas pu assister au spectacle, il aura au moins entendu l’assourdissant vrombissement des avions de la patrouille survolant la cité. Dès 11h30, un  avion de reconnaissance effectue un premier passage.

patrouille-de-France-3.jpg

Peu avant midi,  les Alpha Jets fendent le ciel lyonnais d’ouest en est (Terreaux-Hôtel de Ville-Opéra), avant de reprendre le survol de la presqu’île du nord au sud, jusqu’à la pointe de la Confluence. Les neuf appareils, en formation « Diamant », ne volent qu’à 300 mètres au dessus du plancher des vaches, libérant leurs fumigènes tricolores. Effet garanti. Pour l’occasion, quelques familles lyonnaises s’étaient donné rendez-vous sur le belvédère de la basilique de Fourvière pour assister au ballet aérien, sur fond de ciel bleu et moutonneux.

 

Collomb loupe la patrouille mais retrouve Najat

Des acrobaties aériennes en guise d’incipit aux traditionnelles commémorations de la libération de la ville, organisées par la Ville de Lyon et le Comité de liaison des Associations d’Anciens Combattants et Résistants. Soixante-huit ans plus tôt, le 3 septembre 1944, c’est la 1e DFL qui entrait dans Lyon, avec à sa tête le général Brosset. Dix-neuf jours plus tard, la ville était libérée. Comme chaque année, les officiels déposeront une gerbe à 18h devant la statue du veilleur de pierre, place Bellecour. Puis le cortège, conduit par Collomb et son adjointe à la mémoire et aux anciens combattants Evelyne Haguenauer, remontera la rue Edouard Herriot jusqu’à la cour d’honneur de l’Hôtel de Ville pour les discours. Un défilé de véhicules de la Seconde Guerre Mondiale avec équipages et conducteurs en tenue d’époque mis à disposition par « JEEP BJ 38 », précèdera les élus. A noter la présence de la lyonnaise Najat Vallaud-Belkacem. Passera-t-elle au lutrin ? Dans l’entourage du maire de Lyon lundi matin, on ne connaissait pas encore les intentions de la ministre, alors qu’aucune intervention orale ne figure à son agenda officiel.