Photo © DR

Monument de la presse masculine, Lui fait son retour dans les kiosques jeudi 5 septembre 2013. Nicolas Rey signe un papier relatant sa tentative d’interview de la ministre des Droits des Femmes.

L’auteur détaille par le menu les chausse-trappes auxquels il a fait face avant de pouvoir rencontrer un court instant la ministre… dans sa voiture de fonction ! Des réticences du cabinet au harcèlement bon enfant et quotidien de la Lyonnaise par SMS, Nicolas Rey a finalement obtenu gain de cause lors d’un point-presse de la porte-parole du gouvernement à l’Élysée. Et l’écrivain de rapporter un échange savoureux avec le conseiller en communication de NVB. « Je lui serre la main. Il me dit : ‘Désolé mais je préférais qu’elle ne soit pas dans le premier numéro. En revanche, c’est possible pour le deuxième ou le troisième.’ »  « Maxime, quel âge as-tu », le questionne alors Nicolas Rey. « 28 ans », rétorque le jeune conseiller. « Écoute Maxime de 28 ans. Najat sera dans le premier numéro. Pourquoi ? Parce que comme Henri Miller, je suis un désespéré de l’amour. Je scalpe, je tue. Je suis insatiable. Je veux tout de Najat : cheveux, poils, cérumen, caillots de sang séché, n’importe quoi, je le dévore. Je veux nettoyer ses dents d’un trait de langue. Je veux devenir son peigne favori et sa lime à ongles », digresse l’homme de lettre, peu avare en métaphores. Mais le fanfaron perd sa faconde à l’instant de se retrouver en tête à tête avec Najat, dans sa voiture, à l’issue de la conférence de presse.  « Elle murmure : ‘Vous vouliez me parler ?’ Je reste muet. » NVB, déjà objet de fantasmes grossiers d’un député, fait aujourd’hui frémir une jolie plume française.