01_Collomb.jpg Gégé devra attendre avant de se lécher les babines, le nom de la  ville lauréate qui accueillera la future cité de la gastronomie ne sera pas révélé avant la fin de l’année.  Photo © Fabrice Schiff

 

 

Par Benjamin Solly

 

Gérard Collomb est attendu lundi 15 octobre 2012 à 15h30 au ministère de la culture pour présenter le projet lyonnais.

 

Lyon et cinq autres villes (Tours, Dijon, Beaune, Chevilly-Larue, Versailles) ont fait acte de candidature pour accueillir la future Cité de la gastronomie. Le projet, initié par la mission française du patrimoine et des cultures alimentaires, fait suite au classement du « repas gastronomique des français » au patrimoine immatériel de l’humanité. La future Cité se veut un lieu d’innovation et de transmission, vitrine des savoir-faire culinaires français.

 

La délégation emmenée par Gérard Collomb défendra donc en début d’après-midi le dossier lyonnais. Un accouchement au forceps, malgré la mobilisation des citoyens et des Toques Blanches. Faute d’investisseurs, le sénateur-maire avait quasiment jeté l’éponge avant un rétropédalage tardif, grâce au concours du groupe Eiffage, prêt à mettre sur la table une grande partie des 18 millions d’euros nécessaires à la réalisation du projet. La Ville de Lyon doit assurer le reste du financement. C’est le site de l’Hôtel-Dieu qui a été choisi pour accueillir la future Cité.

 

Il reste désormais à convaincre le jury qui a suivi avec circonspection les querelles politico-culinaires autour du projet. Une tragédie bien locale, sauce Nantua, que tous veulent remiser au placard du folklore lyonnais. Le jury est composé de diverses personnalités comme le président de la Sorbonne Jean-Robert Pitte ou Luc Guyau, l’ancien patron du syndicat agricole FNSEA. Les ministères de la culture et de l’agriculture sont également représentés parmi les décisionnaires.

 

De l’avis de tous les observateurs, la capitale des Gaules est de retour dans la course, alors que Tours et Dijon semblaient avoir une longueur d’avance. L’union sacrée prime désormais. Le maire du 2e arrondissement Denis Broliquier, opposant municipal à Gérard Collomb, s’est même proposé d’accompagner la délégation lyonnaise. Le lauréat devrait être révélé avant la fin de l’année.