Photo © Fabrice Schiff

Par Benjamin Solly

En  séance du conseil municipal, la maire du 1er arrondissement s’est montrée très offensive à l’encontre du sénateur-maire de Lyon, qui semble avoir changé d’attitude avec son ancienne protégée.

Il y avait, ce lundi 1er juillet en salle des délibérations à l’Hôtel-de-Ville, du Raymond Barre dans l’attitude de Gérard Collomb. Un mélange de flegme et de tempérance qu’on ne lui connaissait pas jusque-là. Attaqué sèchement par Nathalie Perrin-Gilbert sur la réhabilitation du collège Truffaud – l’enseignement sera centralisé dès la rentrée prochaine au collège de La Tourette – Collomb a été la cible favorite du jeu de massacre de l’élue socialiste.

« Voilà deux ans que les élu(e)s du 1er arrondissement avancent sur les projets de réhabilitation avec le conseil de quartier Ouest des Pentes. Auberge de jeunesse, entreprise d’insertion Le Grenier, crèche sont aujourd’hui à l’étude. C’est grâce à la conseillère générale du canton (l’écologiste Raymonde Poncet – NDLR) que nous avons pu obtenir de visiter le site, ce que vous nous avez refusé. Cela donne une image de ce qu’est la démocratie à Lyon. »

Dans l’hémicycle, les conseillers municipaux regardent hallucinés Nathalie Perrin-Gilbert terminer sa diatribe. Du côté des Divers Droite de Denis Broliquier, on boit du petit lait. Sur l’estrade, Gérard Collomb ne pipe pas mot. Il n’a le rouge ni au front ni aux joues, habituel symptôme d’un courroux incompressible. Et répond d’un ton monocorde, sans piques ni attaques, à la maire du 1e arrondissement.

« Nous n’avons pas pu faire la visite du collège car ce bâtiment est sous la responsabilité du Conseil général. Quant aux projets à mettre en place en lieu en place, ce n’est pas le manque de projets qui me fait du souci, c’est de savoir qui porte la demande, et comment le projet serait financé. »

Proximité des municipales  et imminence d’un départ en Asie  où il doit conduire sur la deuxième quinzaine de juillet une délégation du Grand Lyon, Gégé joue désormais la zen attitude. Avant de sortir la sulfateuse ? Il y a fort à parier que Collomb réservera ses plus belles lames pour la campagne des municipales. Son entrée dans l’arène prévue pour janvier 2014 et au regard de la pugnacité de ses détracteurs, le sénateur-maire pourrait bien revêtir le costume du candidat  plus tôt que prévu.