Par Paul Bourret

Cette année, l’aéroport Lyon-Saint Exupéry s’appuie sur un développement équilibré entre ouvertures de lignes et une hausse du taux de remplissage. Tout en maintenant une démarche environnementale au service du territoire.

Les nouvelles sont bonnes sur les pistes de l’aéroport de Lyon. Et pour cause, quatorze nouvelles lignes sont déjà programmées pour l’actuelle saison Printemps-Eté. Une bonne nouvelle pour les utilisateurs, qui pourront profiter de nouveaux sites de villégiature, comme Valence, Belgrade ou Bristol. Au-delà de l’ouverture de ces nouvelles destinations, son directeur Cédric Fechter se réjouit surtout de la hausse du trafic, où les chiffres de l’année écoulée sont admirables.

« Il y a toujours une hausse du trafic dans les compagnies dites « classiques » telles qu’Air France ou Lufthansa. Mais les compagnies low cost telles que EasyJet sont tout bonnement importantes », affirme-t-il. En effet, le deuxième aéroport régional français voit son trafic progresser de 9.7% par rapport à 2018, un millésime qui avait généré plus de 11 millions de passagers, un record pour l’aéroport. Ceci s’explique par l’augmentation conjointe du trafic low cost (+11%) et du trafic classique (+9%).

« Ces excellents résultats confirment le rôle d’acteur majeur de l’aéroport »

A l’heure où l’écologie anime tous les débats gouvernementaux, l’aéroport Saint-Exupéry a profité de sa conférence de presse pour livrer un bilan pour le moins réjouissant en matière d’environnement. Dans cette optique, Airpact, une démarche créée par Vinci en 2015, ayant pour but une réduction des gaz à effet de serre, se révèle totalement efficace en matière de maîtrise et de réduction des impacts environnementaux puisque l’aéroport enregistre d’excellents résultats. Les émissions de CO2 par passager ont été ramenées à 0,42kg contre 0,65kg en 2013 sur le périmètre de l’aéroport, soit une diminution de 35%.

Une démarche fondamentale pour le président du directoire d’Aéroports de Lyon, Tanguy Bertolus : « Il était important d’allier ces deux enjeux principaux pour cet aéroport, à savoir un développement économique avec un impact fort puis les impacts les plus faibles possibles en termes d’environnement. Ces excellents résultats confirment le rôle d’acteur majeur de l’aéroport, au service du développement économique et touristique de son territoire, tout en maîtrisant ses impacts environnementaux ». Sans aucune perturbation en vue, l’aéroport peut poursuivre son envol. L’atterrissage attendra…

Fort de ses bons résultats, l’Aéroport Lyon-Saint-Exupéry compte aujourd’hui 48 compagnies aériennes installées sur son tarmac. Sa capacité d’accueil est elle, fixée à 14 millions de passagers.