Par Morgan Couturier

Adorateur inconditionnel de Beaujolais, l’ancien animateur télé se réunit chaque année avec ses proches pour déterminer la cuvée qui portera son nom. Le millésime 2016 mise sur un vin fruité.

Entre Bernard Pivot et le Beaujolais, l’histoire d’amour dépasse largement la robe et l’appétence du vin qu’il déguste accompagné de ses proches. Mais une fois par an, le président du prix Goncourt se plait à plonger ses narines dans les effluves de ces cuvées importées des caves de Quincié-en-Beaujolais. 11 crus différents passés au crible par un panel d’experts. Dont le chef Christian Têtedoie, son confrère Olivier Canal, le maire de ladite terre viticole, Daniel Michaud ainsi que notre consœur Françoise Petit.

Entre deux dégustations, l’ancien journaliste n’a pas manqué de revenir sur le dernier débat politique. Les habitudes ne se perdent pas. L’humour aussi : « j’hésite entre (Philippe) Poutou et (Nathalie) Arthaud », a-t-il plaisanté. Avant de reprendre son sérieux et son flegme au moment de déterminer le nouveau Beaujolais à son effigie. « On est sur une année homogène. Le vin retenu a un nez qui n’est pas encore très affirmé mais il est déjà fruité. C’est un Beaujolais à boire cette année, qui est meilleur dans sa jeunesse », rétorque-t-il, avant de retrouver avec allégresse les joies du millésime 2015. Le Beaujolais et lui, tout une histoire…