NPG en 2008, écharpe aux couleurs de Gérard Collomb. Un vrai document d’archives ! Photo © DR

C’est en tout cas le point de vue du Gram, qui n’a pas tardé à réagir à la conférence de presse de Gérard Collomb, mardi 21 janvier 2014.

Détachée des contingences politiciennes, la maire du 1er arrondissement Nathalie Perrin-Gilbert porte la voix d’une gauche pour laquelle « le modèle lyonnais » promu par Gérard Collomb ne fait pas la maille. « La campagne à l’ancienne est lancée », raille-t-elle dans un communiqué de presse du Gram, qui fait suite à la conférence de présentation des têtes de liste du candidat Collomb. Le groupement de réflexions et d’action métropolitaine, qui présentera des listes avec le Front de Gauche sous l’étendard Lyon citoyenne & solidaire,  veut « rompre avec cette appropriation durable par quelques-uns » de la vie politique locale.

« Le maire sortant nous donne aujourd’hui un signal : confier majoritairement les têtes de listes à des hommes d’environ soixante ans. Tout cela sous le sceau de l’évidence. Ayez confiance, chers lyonnais et ne posez pas trop de questions : les sortants, eux, savent !!! C’est ainsi que les plus grandes décisions du mandat (gestion de l’eau, création de la métropole) ont été prises sans aucune concertation », attaque le Gram, qui porte tout à la fois le fer sur la méthode et le choix des candidats qui porteront les couleurs du maire sortant. Et NPG d’assurer, à contrario, que ses listes seront « portées par des collectifs de citoyens, par des femmes et des hommes engagés à gauche. » « La politique compte, les programmes engagent et il est possible d’associer davantage les citoyens à l’exercice du pouvoir pour ‘faire ville ensemble’ », termine-t-elle