Par Marco Polisson

C’est en la primatiale Saint Jean Baptiste, fleuron de ce 5ème arrondissement de Lyon qu’elle aimait tant qu’ont été célébrées les obsèques de l’ancienne députée du Rhône décédée le samedi 2 janvier 2021.

« Sur le seuil de sa maison, Notre Père t’attend »… Quel à propos que ce beau chant final pour Bernadette Isaac-Sibille dont la Foi en Dieu et l’attention aux plus fragiles auront été au cœur d’une cérémonie simple mais prégnante. De par la personnalité de l’ancienne conseillère générale du Rhône et maire honoraire du 5ème, d’une époque avant Twitter bien entendu, mais également par la façon chaleureuse et personnelle dont le père Bernard Devert a su entourer la défunte et sa famille.

Le prêtre-promoteur qui officiait au côté du père Dominique Godet et du père Christian Delorme a d’emblée souligné « la vie riche de tendresse et de générosité de Bernadette Isaac-Sibille » et ses multiples engagements dans la cité. Son sermon, savoureux mélange de fougue christique et de références littéraires autour du Petit Prince – qui font le sel d’une belle homélie – réchauffa l’assistance et ravit le littéraire maire Gérard Collomb, accompagné de ses ex adjoints Yann Cucherat et d’Evelyne Haguenauer. Et le prélat de conclure en remerciant Bernadette « pour ce que vous êtes, ce que vous avez engagé, et ce que vous nous avez permis de devenir ».

Des poignants témoignages de ses fils Cyrille et Franck, on retiendra d’abord les doux mots du premier qui a pris comme sa mère, le chemin de l’Assemblée Nationale. Une « maman aimante et exigeante, dotée d’une ferveur mariale incroyable » et d’un caractère bien trempé qui lui permettait de convaincre ses interlocuteurs et d’obtenir ce qu’elle voulait « toujours avec le sourire ». « Votre vie a été une action de grâce au service de la cité et des plus humbles » a conclu le député, de fourrure enveloppé.

« Maman, c’est la Foi, l’espérance et la charité »

Ce fut ensuite à Franck, l’aîné de la fratrie, de rentrer dans la mêlée avec la gouaille et la faconde qu’on lui connait. On le croit sur parole quand, en préambule, il déclare très ému que « perdre son père est très dur *, mais perdre sa mère, c’est un déchirement ». « Maman, c’est la Foi, l’Espérance et la Charité », et le vice-président du LOU Rugby de ponctuer ses vertueux propos avec de multiples scènes de la vie quotidienne de « l’arche de Noé du Point du Jour » et des anecdotes collector bien connues de son frère Serge et de sa sœur Laurence. « Tu t’es bien débrouillé, vieille canaille ! » lui susurra affectueusement son ami Olivier Ginon à l’issue de la cérémonie.

Le président de GL events était venu avec ses enfants Marc-Olivier et Caroline soutenir son ami d’enfance. Des nombreuses personnalités de la vie politique et économique lyonnaise présentes dans les travées de la cathédrale (Denis Broliquier, Thomas Rudigoz, Dominique Nachury, Bénédicte Louis, Luc Lafond, Emmanuel Imberton, Jean-Loup Fleuret, Marc Fraysse, Anne Prost, Jean-Claude Pietrocola…) aucune ne prit la parole, laissant aux nombreux héritiers de Bernadette Isaac-Sibille le privilège de dire un dernier adieu à leur grand-mère adorée. Du balcon du Ciel, on imagine cette dernière très fière d’eux.

Aussi bien dans le verbe, dans la tenue que dans le geste, ses 15 petits-enfants ont été à la hauteur de ce douloureux rendez-vous.

Alternant l’un après l’autre, chacun à sa manière, son adieu. « Chère Bonne Maman, la famille a toujours été au centre de votre vie » module une petite voix. « Pleine d’énergie, vous ne ménagiez pas vos efforts pour que nous soyons les plus heureux possible » enchaîne son cousin. « Nous vous savons heureuse au côté de Bon Papa et vous embrassons tendrement » ou encore, délicatement taquin : « Vous n’avez jamais eu la main légère sur le sucre ! » conclut en la gourmandant une jolie brunette.

C’est également avec gourmandise que les participants – sevrés de relations sociales depuis 9 mois – se sont furtivement retrouvés sur le parvis de la cathédrale à la fin de la cérémonie, alors que le fourgon du Service Catholique des Funérailles prenait le chemin du cimetière d’Ecully. Entre l’ancien maire de Lyon Michel Noir et l’ex-ministre de la Défense et ancien président du Conseil Régional Charles Millon, de retour du Burundi, le plaisir des retrouvailles n’était pas feint. C’est peut-être aussi cela, le miracle de « Sainte Bernadette ! »

* Alain Isaac-Sibille est décédé le 24 avril 2017