Texte Morgan Couturier. Clé de voûte du projet Alpine initié en 2015, Guillaume Pierre suit avec attention le développement de cette marque emblématique. Une voiture d’exception qui fait la fierté des Français.

C’est aussi cela, Guillaume Pierre, cette capacité à démarrer aussi vite que les voitures qui décorent sa concession. Il lui suffit en effet, de traverser la route, de quitter les bureaux de Renault pour rejoindre ceux d’Alpine, pour se plonger en deux temps trois mouvements, dans l’histoire de l’iconique marque française. Sitôt arrivé, le titiller sur les teintes de ses modèles, éveille ainsi quelques souvenirs d’antan. D’une publicité faisant la part belle à une Alpine toute de rose vêtue et joliment accompagnée. De quoi lui faire dire aussi qu’Alpine connut plus de 20 teintes différentes dans les 40 premières années de sa vie. Un habillage que les clients d’aujourd’hui peuvent à nouveau endosser. Pour se démarquer. Mais surtout pour entretenir la légende de cette « voiture d’exception ».

« Alpine, ça parle à tout le monde. Alors l’histoire de la marque, il faut la connaître, parce que les clients la connaissent. C’est intergénérationnel », revendique le directeur du centre Alpine Villefranche-sur-Saône. Celui-ci ne croit pas si bien dire, alors que son père, vendeur d’Alpine lui aussi, l’eut élevé aux carrosses bleu blanc rouge. Il en garde même l’exemplaire paternel dans son garage, rangé au côté de son modèle plus actuel. « Je suis de 1967, la voiture est de 1969, on a presque le même âge (rires). Alors le matin, il y en a une qu’on caresse et une avec laquelle on prend plaisir à rouler », dévoile-t-il.

Le Centre Alpine Villefranche du Groupe Thivolle dans le Top 20

Chose dite, il est évidemment plus facile d’expliquer cette vie consacrée à l’auto. Sur le tard certes, l’homme ayant choisi d’endosser un premier costume de banquier. À la BNP jusqu’en 1995, avant de « revenir naturellement chez Renault », par le biais de RCI Banque. Il en fera même la promotion au Brésil, avant de mettre concrètement, le nez dans le moteur. « J’ai été nommé directeur de concession à Lyon puis à Paris, avant de revenir chez Renault Saint-Etienne en 2008, via le groupe Thivolle », raconte le concessionnaire.

Puis vint l’instant tant attendu. Le réveil d’un « joyau en sommeil ». À Villefranche donc, où le projet Alpine fut initié en 2015, avant une inauguration officielle de la concession en janvier 2018. « C’était un vrai pari de relancer la marque. On a construit la concession, on n’avait jamais vu la voiture, on ne connaissait pas les volumes. Mais il fallait faire partie de l’aventure. Relancer une marque, c’est assez rare ! », souligne-t-il. L’engouement fut tel, que les réservations se firent par centaines. « À ce jour, on a livré 530 voitures », se réjouit-il. Et dire que le meilleur est à venir… Guillaume Pierre n’a pas fini de nous conter son bonheur !

Offre électrique
Depuis son retour sur scène, Alpine s’est largement modernisée, en « s’adaptant à son époque ». La marque tricolore ne compte pas ralentir. « La gamme va s’élargir », assure Guillaume Pierre. Et s’électrifier. L’occasion de rouler en Alpine électrique. Selon certaines sources, Alpine doit également commercialiser dès 2025 un SUV et une petite sportive typée GTI, elles aussi, 100% électriques. « L’ADN restera », rassure le directeur. L’an passé, Alpine avait également annoncé vouloir compter sur des batteries hautes performances. Et faire confiance à une start-up… grenobloise, Verkor, pour y parvenir.