Jean-François Copé. Photo © DR

Par Benjamin Solly

Exclusif. Le président de l’UMP a tranché pour la mise en place d’une primaire à Lyon, qui désignera le futur candidat aux élections municipales de 2014.

L’indiscrétion a été confirmée au sortir du bureau politique national de l’UMP, mercredi 27 mars 2013.  Jean-François Copé a informé Michel Havard et Georges Fenech dans l’après-midi, lors de rencontres informelles à la buvette de l’Assemblée nationale. Le président de l’UMP a également mis dans la confidence Nora Berra alors qu’Emmanuel Hamelin aurait pris connaissance de cette décision quelques jours plus tôt lors d’un échange téléphonique avec le député-maire de Meaux.

Le sondage n’ayant pas permis de départager les candidats, l’exercice mettra donc aux prises les cinq challengers lyonnais. On ne sait pas encore si ce scrutin sera ouvert à l’ensemble des Lyonnais ou aux militants seulement. Aura-t-il vocation à faire concourir les centristes ? Autant de questions qui restent en l’état sans réponses. Quant à la date choisie, elle est encore tenue secrète.  « Elles pourraient être mises en place en même temps que les primaires parisiennes, du 31 mai au 3 juin », glisse une source.  Du côté de l’UMP, on souhaite évidemment ne pas reproduire le couac de l’élection du président du parti et l’exercice tragicomique entre Copé et Fillon.

Un choix qui interroge du côté de l’UMP du Rhône, particulièrement sur la pertinence du timing choisi. Michel Havard défend la méthode depuis plus de neuf mois. Une primaire qui aurait pu trouver sa légitimité au regard du calendrier initial proposé par l’ex-député de Fourvière, qui souhaitait solliciter les Lyonnais en février dernier. Trop tard ! Aujourd’hui, le coût de cet exercice sera répercuté sur les comptes de campagne du candidat désigné, grevant ainsi le budget dédié.

La nouvelle sera officialisée par l’UMP du Rhône dans l’après-midi. Subséquemment, la conférence de presse prévue vendredi 29 mars à la fédération UMP du Rhône, réunissant les cinq candidats (Havard, Fenech, Hamelin, Berra et Pleynard), est purement et simplement annulée.