Photos © Fabrice Schiff

Par James de Santrois

Potins d'Angèle 02Il l’a fait ! Comme aurait pu le chanter Charles Aznavour « Ils sont venus, ils sont tous là… » Sur la scène de l’Odéon, le journaliste Gérard Angel fêtait en début de semaine les 10 ans des « Potins d’Angèle » en présence du gratin politico-médiatique.

Thierry Braillard - Gérard Angel lyonpeopleLe « microcosme » comme le disait Raymond Barre. A l’heure où la presse satirique souffre, Gérard Angel a réussi l’exploit de mettre côte à côte sur scène le secrétaire d’État Thierry Braillard, Laurent Wauquiez, Gérard Collomb, Christophe Guilloteau et Jean-Jack Queyranne. Les meilleurs ennemis du monde ! Un imitateur, un chanteur, un journaliste cabot, des vedettes politiques, il ne manquait que le chien de Gérard Angel, Faust, pour que la troupe soit au complet. On nous avait promis un anniversaire digne des meilleurs chansonniers, on a été servi !

Potins d'Angèle 04Chaque semaine, les Potins d’Angèle étrillent le monde politique, lèvent des scoops, passent la (basse) cour politique au grill. «  C’est cadeau !  » a lancé Gérard Angel à ses invités (dont sa maman, ci-dessus) et à 5 personnalités qui disposaient chacun de 4 minutes sur la scène de l’Odéon pour se venger de 10 ans de coups de dents ! Exercice de style peu commun : comment faire rire le public en échappant au ridicule ?

Potins d'Angèle 03Vainqueurs haut la main : Laurent Wauquiez et Gérard Collomb ! Le maire de Lyon réussissant l’exploit de parler de Gérard (Angel) en ne parlant que de Gérard (Collomb)… Accueilli sur scène par la chanson de Gérard Lenormand « Si j’étais Président… », Laurent Wauquiez a démontré son appétit pour le show. « J’apprends moi-même chaque semaine la composition de ma future liste régionale dans les Potins ». Ajoutant malicieusement au passage : « Et je sais que Caroline  (Collomb ndlr) est dans le même état que moi » . Entre Collomb, qui se marre, et Wauquiez, le numéro semble rôdé…

Potins d'Angèle 05« Depuis 10 ans, le prix des Potins n’a pas augmenté, c’est pas comme les impôts de la région, hein Jean-Jack ? » Paf, un coup de dent de Wauquiez à Queyranne accueilli sur scène par un déchirant « Ne me quitte pas » interprété par le sémillant Lucien Délly. Le président sortant (sorti ?) de la région s’est lancé dans un discours digne d’un comice agricole. Même dans « Le sous-préfet s’en va aux champs », Alphonse Daudet réussissait à faire plus drôle ! C’est dire.

Potins d'Angèle 07Et pour fêter ça, Gérard Angel et son complice Erick Roux de Bézieux ont lancé la saison 3 des Branleurs, la comédie satirique en 5 actes et en alexandrins, dont les deux premiers tomes avaient régalé les arrière-salles des partis politiques. « Les branleurs font leur cour », c’est le titre de cette saison 3, ont bien été mis en pratique durant le cocktail où les postulants candidats aux régionales faisaient la cour à Wauquiez pendant que les socialistes entouraient Collomb, laissant un Queyranne bien esseulé. D’ailleurs, deux jours après, Caroline Collomb en tête, 20 d’entre eux annonçaient qu’ils rentraient chez eux, boudant la campagne socialiste… Un sacré coup de dent à la Faust dans les mollets de celui qu’ils avaient désigné comme champion, et comme un hommage du vice à la vertu !