Par Marc Polisson

Annoncé pour l’automne, et finalement arrivé en décembre dans la hotte du Père Noel, le volume 5 des « Branleurs » n’est pas un cadeau pour tout le monde.

Pour avoir assisté à une séance de travail (sic) des deux auteurs, un soir place des Jacobins, à l’heure du souper, à grands coups de blanc pas limé (ça c’était avant quand ils étaient jeunes et fringants), je me demande encore comment ils arrivent à accoucher pareilles sornettes. Un peu plus d’heure et demie à vous gondoler de ce livret en alexandrins, soit le temps de faire en TGV le trajet Lyon-Paris où plastronne le héros principal de cette farce imprimée. Notre bon ministre Gégé qui « tire toujours les ficelles de la politique locale » dans laquelle le KK Klan – comprendre le duo KimelfeldKépénékian – vont devoir prouver qu’ils sont plus que les marionnettes 2 G (pour Guignol et Gnafron) souriantes et consentantes, dépeintes en ville. Un Collomb tout puissant auquel les auteurs prêtent des propos hautement corrosifs dans la même veine que les interviews imaginaires du Canard Enchaîné. Ecoutons-le descendre en flèche devant son chef de cab Jean-Marie Girier sa tête de turc préférée : la passionaria gauchiste des pentes, Nathalie Perrin Gibert. On se croirait dans son bureau de l’hôtel de ville :

« Laisse-la donc brailler et même s’égosiller
Sa voix dépasse à peine Martinière et Les Pentes
Les bobos, les anars sont ses seuls alliés
Qui se roulent des joints près du jardin des pentes »

Un ministre de l’Intérieur (plus de Lyon que de France) qui ne ménage pas non plus son aile droite. Ecoutons-le à propos de son poulet frit sarkozyste Richard Brumm, promu premier adjoint :

« Brumm ne pèse rien, nulle part il a gagné
C’est pour moi alibi, masque de carnaval,
Comme Premier adjoint, il va les surveiller
A la place qui est sienne, ce sera festival ! »

Et c’est du même acabit sur 80 pages. Tout le microcosme lyonnais en prend pour son grade, et ce ne sont pas moins de 184 personnalités (vivantes, presque mortes ou déjà enterrées) à figurer au générique à l’insu de leur plein gré, acteurs involontaires de cette farce imprimée et pourtant empressés à payer leur tournée… pour continuer à exister.


CADEAU BONUS
Les angoissés du Top 100
Le classement des personnalités lyonnaises que publie à chaque rentrée Lyon People a les honneurs d’une scène entière que nous reproduisons ci-dessous :

Le nouveau maire de Lyon Georges Képénékian a enfin pu s’installer dans le grand bureau de Gérard Collomb à l’Hôtel de Ville. Un coup tenu est frappé à la porte. L’ancienne journaliste de Lyon Figaro, Agnès Benoist, attachée de presse de la Métropole, entre, aussi discrète qu’efficace.

Georges Képénékian
Agnès, toi qui connais tes amis journalistes
Sais-tu quelle s’ra ma place au classement de Lyon People
Maintenant que je suis maire, je devrais être en piste
Pour être le premier, devant la Métropole
Que préside Kimelfeld. Personne ne le connaît
Au-delà d’la croix-Rousse. Marco doit le savoir
Au top de son podium, le premier des Lyonnais
Ne peut être qu’en tête, sinon serait déchoir.
Comment l’influencer ? La patte faudrait graisser ?
Lui offrir quelques pubs, des places à l’Opéra ?

Agnès Benoist
Quand on connait Marco, paye plutôt ta tournée
Il aime le bon vin, il march’ra tu verras

Georges Képénékian, ironique
Pour être bien placé, Barbarin aurait-il
Offert du vin de messe ?

Agnès Benoist
Ou bien des indulgences ?

Georges Képénékian
Wauquiez ne mérite plus la place d’Anquetil
La droite est laminée, elle sent déjà le rance
Fillon a tout perdu, a fait perdre Cochet.
A niqué le Meunier, fait chuter Nachury

Agnès Benoist, raccrochant son téléphone
Espaignet a bavé, Braillard éliminé !

Georges Képénékian
Voil0 une bonne nouvelle. Je l’entends et je ris.

Agnès Benoist
Havard a disparu, Guilland fait son entrée

Georges Képénékian
Peu me chaud les petits, les sans grade je m’en fous
Du moment que je suis devant tous ces ratés
Et que Kim est derrière, largement dans les choux

Agnès Benoist, embarrassée
C’est bien là le problème, David est passé d’vant
La Métro est en tête, et la ville à la traîne !

Georges Képénékian
Je me sens humilié, Marco est décevant
Il faudra me venger. Ça y est j’ai la migraine

Agnès Benoist
Ménage notre David, Collomb lui a promis
Qu’il sera Maire de Lyon dans trois ans d’ici là.

Georges Képénékian
Il peut toujours courir, ce coup-là plus d’amis
Je garderai la place, y aura pas de passe-plat !
Mes maîtres sont Herriot, le francisque et Pradel.
Avec moi l’intérim, c’est parti pour 20 ans !