Par Marco Polisson

Calme et précis, le ministre de l’Intérieur a répondu aux questions des députés de la commission d’enquête constituée suite aux remous provoqués par l’affaire Benalla.

« Dès que j’ai pris connaissance de la vidéo et des faits de violence de Monsieur Benalla, je les ai fait remonter au niveau adapté » a déclaré Gérard Collomb après avoir recontextualisé les faits produits au cours des manifestations du 1er mai marquées par des scènes de guérilla urbaine et de violence « exceptionnelles ». « Je ne me suis plus occupé de cette question ensuite car je m’étais assuré que les informations avaient été transmises au niveau approprié, c’est-à-dire le préfet de police et le cabinet du président de la république et il leur appartenait alors d’agir. C’est après avoir découvert de nouveaux faits (port de brassard de police, véhicule avec gyrophare…) révélés par Le Monde que j’ai saisi l’IGPN » a déclaré Gérard Collomb en tentant de s échapper du piège tendu par le député Boris Vallaud, qui trouve là un moyen de venger Najat, son épouse mise au chômage par Bruno Bonnell à Villeurbanne.

Assurant qu’il était attaché à la recherche de la vérité, « les policiers et les gendarmes ayant été affectés par cette affaire » le ministre assure : « Jamais je n’accepterai que quelqu’un qui usurpe les fonctions de policier jette le discrédit sur l’ensemble de nos forces de l’ordre. « Je n’ai jamais été informé de la présence de ces deux observateurs sur les manifestations du 1er mai. Je ne connaissais pas les fonctions précises de Monsieur Benalla » a conclu le ministre de l’intérieur avant de répondre aux questions du député Guillaume Larrivé, député LR, selon qui une seconde audition de Gérard Collomb sera nécessaire pour « définir la chaine des responsabilités ». Seule fausse note de Gégé dans ce grand oral, son absence de sincérité quand un député lui demande s’il a rencontré Emmanuel Macron ce week-end pour parler de l’affaire : « Oui je l’ai rencontré ce week-end. Avons-nous parlé des faits ? oui le moins possible ! » s’embrouille Gérard Collomb déclenchant l’hilarité des députés… A ne pas refaire demain devant les sénateurs.