Par Morgan Couturier

Privés de succès dans la Loire depuis 4 ans, les Lyonnais ont surclassé Saint-Étienne dans un derby historique (5-0). Avec cette démonstration, ternie par l’envahissement des supporters stéphanois, l’OL conserve sa place sur le podium.

Qu’il parait loin, le climat délétère flottant sur les épaules de Bruno Génésio. Cible de toutes les critiques, à tord ou à raison, l’entraîneur a redressé la barre et l’OL navigue désormais en eaux plus calmes. Pour preuve, même en terres honnies, les Lyonnais n’ont fait qu’une bouchée de Verts bien pâles, s’adjugeant par la même occasion, une facile 6e victoire consécutive toutes compétitions confondues.

Un succès de haute volée, rendu possible par la force de frappe de l’armada olympienne. Et le génie de son numéro 18. Inarrêtable cette saison, Nabil Fekir s’est fendu d’un doublé, mettant fin à cette infamante disette lors des derbys. Réduits à dix, les Stéphanois ont été renvoyés à leurs chères études, Depay, Traoré et Mariano en profitant pour inscrire leur petit but personnel. Résultat, chambré par la célébration « Messiesque » de Fekir, le Chaudron s’est tristement réveillé. Mais ce dimanche soir, que le tube de Monty semblait rayé !