Par Franck Girardet et Morgan Couturier

Après leur exploit en Ligue des Champions et sa victoire sur le terrain de Manchester City, c’est dans un Groupama Stadium garni de 57 287 âmes (donc quelque 5 000 VIP) que l’OL a confirmé avec aisance son regain de forme en étrillant un OM palot sur le score de 4-2.

La première période renvoya les deux équipes aux vestiaires sur un score de parité de 1-1 avec une ouverture du score classieuse du diamant Aouar (28ème) pendant une période de domination marseillaise. N’étant pas à un contraste près, les Gones encaissèrent un but de Thauvin juste avant la pause (39ème) durant leur temps fort. Au retour des vestiaires l’OL assomma l’OM en l’espace de 9 minutes grâce à deux buts Traoresque (51e et 60e) à savoir une prise de balle côté droit pour repiquer vers le centre et mettre un tir du gauche. Autant il était décevant depuis le début de la saison, autant hier soir le Burkinabé a mis tout le monde d’accord en seconde période. Car ce même Traoré provoqua un pénalty converti par Fékir à la 74e. L’OM était débordé sur chaque accélération lyonnaise. Clinton N’Jie sauva les illusions marseillaises en réduisant le score à dix minutes du terme. Terme compliqué pour les méridionaux qui ont fini à 9 avec un joueur blessé (N’Jie) et un expulsé (Caleta-Car) qui employa la faucheuse pour stopper l’intenable Traoré.

Une superbe victoire de l’OL pour clore une mauvaise semaine pour les adeptes du Génésio Bashing. Ils doivent être proches de la déprime mais celui-ci a le triomphe modeste alors qu’il pourrait les confronter à leurs accusations.

Un débat qui n’a pas échappé aux VIP de cet Olympico, étrangement peu garni en vedettes parisiennes. L’humoriste Ahmed Sylla est bien venu distiller quelques blagues en Président Box mais comme sur le terrain, les acteurs furent pour beaucoup Lyonnais et Marseillais. Le rappeur phocéen Naps s’est ainsi distingué en loge RMC alors que dans le camp lyonnais, Clovis Cornillac n’a pas dérogé à son soutien indéfectible. Véritable terrain de jeu, le Groupama Stadium s’est également plié aux affrontements politiques. Etienne Blanc, candidat aux municipales 2020, s’est ainsi affiché au nez et à la barbe de la galaxie Collomb, grand absent de ce choc de la Ligue 1. Le ministre de l’Intérieur absent, le siège mitoyen du président Aulas est revenu au préfet Stéphane Bouillon. Bien qu’ayant tristement interdit la venue des supporters marseillais, ce dernier n’a pu empêcher une farouche et triste course-poursuite entre supporters marseillais et lyonnais. Un incident sans grande conséquence. Le tract déshonorant du Virage Nord s’était déjà chargé d’alimenter les polémiques. Preuve que le huis clos confirmé face au Chakhtior Donestsk n’a pas servi de leçon.

Les tops

  • Bertrand TRAORE qui a fait la misère à toute la défense marseillaise.
  • Jason DENAYER, très solide comme défenseur central qui apporte de la vitesse et de la stabilité.
  • Le duo NDOMBELE AOUAR, l’un dans la percussion et l’autre dans la soie. Enormes hier soir au milieu de terrain.

Les flops

  • Le tract anti-OM sous l’intitulé « Edito du Kop Virage Nord » qui est juste ignoble.
  • Diop qui n’a pas confirmé son match de Manchester City.
  • Memphis DEPAY qui n’a pas pesé sur le match mais qui reste malgré tout un diamant brut.

 Dimanche 23 septembre 2018