Par Morgan Couturier

Le club de Jean-Michel Aulas se lance dans l’activité phare du moment : l’escape game. Le but est simple. En plein cœur de l’enceinte du Parc OL, les joueurs sont enfermés une heure durant dans une salle truffée d’indices. Nous avons tenté de nous en échapper. Reportage.

À croire que l’être humain quel qu’il soit, est habité de pulsions sordides, tant depuis quatre cinq ans, le concept d’escape game s’implante avec brio dans l’univers déjà concurrentiel des activités de loisirs. En bon commercial, Jean-Michel Aulas n’a pu laisser passer pareille occasion de garnir ce  joyau technologique, bâti pour fonctionner sans discontinuité. Alors forcément, l’idée de déambuler dans les travées du Parc OL a fait son chemin, ajoutant un certain charme à ce divertissement. Spécialement auprès des supporters, invités à s’enfermer une heure durant – un peu moins pour les meilleurs – dans les entrailles de leur stade. Que les plus soucieux se rassurent : nul besoin de potasser sa culture du club olympien pour s’extirper de cette pièce truffée d’indices, à l’intérieur de laquelle nous sommes invités à pénétrer. Bien qu’il faille l’avouer, l’univers du foot y est massivement représenté.

Place au jeu. Accompagnés de deux confrères, notre stagiaire Alissia et moi (l’escape game nécessite entre 3 et 6 joueurs) sommes rapidement abandonnés à notre triste sort, partagés entre l’idée d’effacer des tablettes le record de 53 minutes et 23 secondes et l’inquiétude de rejoindre ce sombre comité de perdants, incapables de s’extirper dans les temps de cette prison de fortune. Un vrai challenge, tant derrière ce concept, la société Game of Room dirigée par Morgan Rauscent a minutieusement calibré son scénario. Nous voilà propulsés dans la peau d’un jeune joueur, alléché à l’idée de participer à sa première rencontre professionnelle. Mais le rêve à portée de mains est en train de s’envoler. Le piège s’est refermé devant nous, dans ce qui s’apparente à un vestiaire. Nous entamons notre course contre-la-montre. Chaque objet dissimule un indice potentiel. Qui découle sur une énigme.  Puis une autre. Fouille, logique et réflexion sont autant de vecteurs de réussite. À défaut, de salvateurs coups de sifflet retentissent, signifiant que notre ange gardien, caché dans une pièce mitoyenne, est venu nous distiller quelques précieux indices supplémentaires.

Six mois de réflexion pour élaborer la pièce

À l’intérieur du cachot, les références aux anciennes gloires du club sont nombreuses. Au même titre que les vidéos et les chants de supporters. Une immersion se joue sur des détails. À ce jeu, les créateurs ont redoublé de technologies et de transitions subtiles. Les amateurs de ballons ronds seront conquis. Pour les autres, le stress et l’enjeu occultent facilement le milieu du foot, les minutes s’égrainant à vitesse grand V. Toutes bonnes pistes, énigmes résolues apportent du baume au cœur. Et l’espoir de revoir la lumière du jour. Seulement, la salle ne manque pas de surprises, obligeant les captifs à œuvrer en équipe. Sans quoi, ces derniers s’aventurent rapidement au-delà de grandes désillusions.Le temps passe. Devant nos yeux, l’horloge indique 55 minutes. Las, notre cas n’incite  guère à l’optimisme. La porte de sortie, enfin trouvée, reste désespérément fermée.  Adieu le record. L’essentiel n’est déjà plus là. Notre crainte première est désormais de s’en sortir. Littéralement.
Hélas, les dernières énigmes demeurent irrésolues. L’heure passée, les lumières s’éteignent. Raté ! Nous restons coincés, rejoignant le cercle – ouvert plutôt que fermé – des équipes défaitistes (60% des candidats !). Morgan Rauscent vient à notre secours. « Vous y étiez presque », tente-t-il de nous rassurer, après avoir révélé les ultimes subtilités. Si près. Si loin à la fois.  Après avoir potassé 6 mois durant sur cette salle secrète (le Parc OL abrite en réalité deux salles identiques, capables d’accueillir de concert 12 personnes), Morgan Rauscent ne pouvait accepter plus amples réussites. Quelle joie se doit être d’admirer le triomphe de son guêpier ! La riposte attendra. La pièce ne sera pas changée avant les trois prochaines années. Alors à défaut de vous spoiler, on vous conseille d’essayer.

OL Escape Game
Dans les loges du Parc OL,
10 Avenue Simone Veil à Décines-Charpieu
Deux salles susceptibles d’accueillir entre 3 et 6 personnes, de 10h10 à 18h50 sur six créneaux horaires différents, y compris les jours de match.
Tarifs : 35€/pers pour 3 joueurs, 32€/pers pour 4, 28€ pour 5 et 25€ pour 6 personnes