tresh-les-roulottes Par Alain Vollerin

 

Amoureux de la peinture dès son enfance, Saint-Cyrien pour répondre aux exigences de son père, Georges-Albert Tresch représente avec Claude Dalbanne, Marcel Gimond, Charles Sénard, et le critique d'art Marius Mermillon, la part d'érudition du groupe " Ziniar" qui exposa pour la première fois en 1920, à la galerie Saint-Pierre Alfred Poyet.

 

Né en 1881, Georges-Albert Tresch avait exposé en 1913, au Salon d'Automne de Paris. Observateur de l'art musical, et des arts plastiques sous le pseudonyme d'Albert Hésert, il a voué toute sa vie à la transmission du message de Modernité contenu par l'expérience de Paul Cézanne. Ziniar incarna la vocation lyonnaise pour la Modernité. Le 7 juin 1925, il était parmi les fondateurs du salon du Sud-Est qui, à l'égale du phénomène contemporain de la Biennale, accueillaient alors dans notre cité, les plus hautes autorités du monde de l'art. Paradoxe de l'existence, huit jours avant sa mort brutale et prématurée, il passa sa journée avec Albert Gleizes, et Auguste Chabaud, sentant nettement qu'il venait d'ouvrir une porte de sa perception de l'art en marche. Militaire de carrière, il mourut en artiste pendant l'accrochage de ses œuvres, le 9 juillet 1948.

 

Jusqu'au 29 février

Siège du Crédit lyonnais

8, rue de la république

Mezzanine-1er étage