gerard_vignat Par Philippe Dibilio

 

Il est des histoires révélatrices de la petitesse d'homme qui se prennent pour des grands. C'est le cas à Caluire où le restaurateur connu tant pour la qualité de ses plats que pour sa gentillesse et sa discrétion Gérard Vignat se voit assigner pour  une amende de 3750 euros suite à un PV transmis au procureur de la république par le député maire de la ville Philippe Cochet.

 

Objet du délit un panneau d'un mètre trente par un mètre dix placé à l'angle du quai Clemenceau et de l'impasse qui mène à son restaurant : l'Auberge de Fond Rose. Un panneau fort utile pour repérer cette modeste impasse que l'on manque facilement en circulant sur le quai. Un panneau que l'on a, de mémoire d'homme, toujours connu à cette place. Et bien non ! Avec la venue de Cochet à la mairie, on va voir ce que l'on va voir et de ressortir le code de l'environnement pour s'en prendre à un modeste panneau rangé au rang de pollueur de la planète. Au moment où les restaurateurs lorgnent avec inquiétude sur ce que leur réserve la crise économique et financière, au lieu d'être à leur côté et de les encourager, Cochet lui fait dans la tracasserie. Lui qui se considérait plus important qu'un ministre quand il était simplement secrétaire adjoint de l'UMP n'a pas compris qu'un maire se met lui au service de ses concitoyens et que lorsqu'un problème, mineur de surcroît, surgit il vient le voir pour le résoudre sans passer par la case « tribunaux ».