Photo © Fabrice Schiff

Par Yves Espaignet

Dans la complexité de cette rentrée où les crises économique, politique, morale s’enchainent, la démarche de Jacques Marcout ambitionne de donner du souffle, de l’envie, de la performance. Communicant reconnu sur la métropole lyonnaise, il est également depuis 4 ans un hypnothérapeute dont le cabinet accueille une clientèle comptant notamment des chefs d’entreprise et des professions libérales.

Il vient de terminer un ouvrage consacré à l’hypnothérapie (1) et va multiplier les conférences pour faire partager ses expériences et ses convictions. « La thérapie par l’hypnose ericksonienne ne prétend pas se substituer à quoique-soit ; elle ne réussit que si la personne veut véritablement changer, quand se produit en elle une révolte ! » tient-il à souligner. Toute sa logique d’action est alors de la soutenir dans son « faire face ». Et d’ajouter que ces personnes, le plus souvent, affrontent des périodes de changement : « leurs repères se perdent. Ce sont  des gens « sous pression » qui développent des angoisses, des phobies ». Le chef d’entreprise n’arrivant plus à s’exprimer en public, le particulier se refusant à conduire sa voiture, le cadre ne maîtrisant pas les réseaux sociaux dans sa vie professionnelle… « Elles ont cherché des réponses par des traitements pharmaceutiques ou d’autres techniques et finissent par se tourner vers l’hypnothérapie » poursuit Jacques Marcout. Son approche non dirigiste allie parole et confiance afin de modifier l’état de conscience de la personne sans atteindre son état de veille  : « Je m’adapte à mon patient, à son mode de captation, pour qu’il me parle de ses bons souvenirs et ainsi, l’amener à enlever la charge émotionnelle pour tirer un bénéfice des expériences passées. »  Ses propos dévoilent toute sa conviction, résumée parfaitement par le titre de son livre « Hypnose, les secrets du bonheur ». Elle est à l’origine de sa nouvelle activité professionnelle et débute à la suite d’une rencontre  : « il y a une dizaine d’années, je vis un « burn out ». Spécialiste de l’événementiel, une activité source de stress, je suis pris dans une spirale négative. Les effets somatiques sont violents. Je découvre que mon médecin spécialiste traitant est aussi un hypnothérapeute. Oui, j’aime dire qu’il n’y a pas de hasard mais de belles rencontres.» Dès la première séance, il constate des effets bénéfiques qui vont progressivement changer sa vie par la disparition d’un fardeau émotionnel et ce, par le simple fait de revivre des souvenirs heureux pour se créer une dynamique, une énergie positive : « c’est une perception qui ne s’explique pas. Très vite, cette démarche m’a conduit à adopter une vie moins superficielle, à abandonner l’événementiel pour me consacrer à l’accompagnement de chefs d’entreprises et à la communication. » Alors, il cherche à mieux comprendre ce changement de vie intérieure et se plonge dans la lecture de livres traitant du sujet, notamment un « pavé » de 500 pages qui le passionne, écrit par Olivier Lockert, le fondateur de l’Institut français d’hypnose ericksonienne. Il tient absolument à discuter avec lui. Cet entretien le décide à suivre une formation de deux ans pour maîtriser cette discipline. En 2010, il développe cette pratique dans son cabinet lyonnais. Depuis cette discipline a suscité beaucoup d’intérêt dans les démarches professionnelles, les épisodes de la vie personnelle ; elle est désormais appliquée dans certains services hospitaliers. Cette reconnaissance traduit une évolution de la société à l’égard « d’une technique de soins qui facilite une prise en charge de soi. Elle révèle que chacun a en soi les clés pour parvenir au bonheur. »

(1)  Le livre « Hypnose, les secrets du bonheur » aux éditions Dangles sera présenté lors d’une série de conférences en France et en Suisse.www.symbolescence.fr/evenements