Photo © Victoria Nowak

Par Marc Polisson

En congé de MFM Radio depuis la rentrée de septembre 2015, Laurent Argelier développe aujourd’hui ses chroniques people sur différents supports. Mais ce n’est du goût de l’étatique AFP.

Dans cette optique, le spécialiste des interviews confessions a déposé la marque « Agence France Buzz » fin septembre. Vocation de l’AFB : constituer une banque de données rassemblant ses 1600 interviews déjà réalisées et diffusées sur Hit & Sport (aujourd’hui Tonic Radio) et MFM Radio « dont un millier a fait le buzz » et poursuivre le concept via le site web de l’agence. Un site en forme de carte de visite numérique « ma vie, mon œuvre » pour ce grand spécialiste du buzz.

Mais l’Agence France Presse, équivalent de Novosti, l’agence de presse soviétique, n’a pas apprécié la similitude des deux appellations. Par le biais d’une mise en demeure, son conseil en propriété industrielle somme Laurent Argelier de « bien vouloir procéder au retrait de la marque Agence France Buzz » arguant que « les consommateurs moyennement avertis pourront penser qu’il existe un lien entre notre client et la marque Agence France Buzz du fait de la ressemblance des marques en présence ».

Face à cette injonction totalement disproportionnée (et ce coup de pub inattendu) Laurent a chargé son avocat Yves Revellin de répondre qu’il ne comptait pas plier face à ce diktat. « Je suis rentré en résistance ! » s’amuse Laurent qui refuse de se laisser faire. Prochaine étape : le goulag ? Son conseil de l’ombre, un dénommé Vobs, cultive déjà les oranges… l’AFP se faisant de plus en plus insistante.

Agence France-Buzz-Lyon People 2Agence France Buzz -Lyon People