01.jpg Photos © Fabrice Schiff

 

Par Stina Masson

 

C’est sous forme d’émission télévisée que s’est déroulé le lancement officiel de l’association « Supplément dame » en présence des fondatrices. Pour une société plus juste et équitable envers les femmes entrepreneuses.

 

02.jpg Avec Claire Saddy, présidente de l’association, dans le rôle de la présentatrice-intervieweuse, Marianne Sébastien, présidente de l’ONG Voix Libres et marraine de Supplément dame , Laura Georges, capitaine de l’équipe féminine de l’OL, Nathalie Chaize, créatrice de mode, Isabelle Gleize, directrice du Village des créateurs et David Kimelfeld, seule présence masculine, vice-président du Grand Lyon à ses côtés comme intervenants, l’association Supplément Dame s’est offert un lancement original et plein de peps, à l’image de ce réseau de femmes d’influence. Le but affiché par Supplément dame  ? Rassembler des femmes qui agissent pour la promotion d’une juste place dans l’économie et la société. L’idée est que des femmes expérimentées, cadres ou chefs d’entreprises, font partager leur expertise à d’autres plus jeunes afin de les aider dans leur parcours professionnel. Les onze femmes derrière cette initiative mènent ainsi des actions pour motiver les femmes à entreprendre autrement. Et ce dans tous les milieux. Sportif par exemple, avec Laura Georges, la capitaine de l’OL féminin, qui explique «  nous sommes comme des entrepreneurs, on se fixe des objectifs et on met tout en œuvre pour les réaliser  ». Et de dresser un parallèle entre la solidarité nécessaire pour la création d’une société plus équitable et généreuse et le terrain de foot sur lequel les filles footballeuses de l’OL font des étincelles, «  dans notre sport, le collectif est super important, seule on est rien  ». Toutes ces femmes volontaires et désireuses de prendre leur destin en main sont forcément source d’inspiration et de motivation pour les plus jeunes. Marianne Sébastien, Marraine de l’association Supplément dame, œuvre depuis 18 ans au service des enfants et des femmes maltraitées en Bolivie au travers de son ONG Voix Libres . L’association introduit différents programmes d’appui tel le principe de microcrédit (crédit sans intérêt à court terme) pour inciter les femmes à porter un véritable projet, à devenir autonome et ainsi passer de la femme esclave à la femme entrepreneuse. «  Mieux éduquée, porteuse d’un projet, la femme a le courage de refuser se faire battre  » témoigne Marianne sur le plateau d’OL TV. Les bénéficiaires signent un contrat dans lequel ils s’engagent à former au minimum 2 ou 3 apprentis, garantissant un développement solidaire et durable. Et une société plus équilibrée, en Bolivie comme en France, où chacun doit pouvoir se réaliser sans considération de milieu social ou de genre. Point de féminisme primaire ici, les hommes partageant les mêmes convictions sont bien évidemment les bienvenus.

 

Supplément Dame – 17 rue Chavant –  Lyon 7 – 04 27 82 98 61

www.supplementdame.wordpress.com

 

La projection diapos, c’est maintenant !

 



Introduction -
1
-
2
-
3
-
4
-
5
-