Par Morgan Couturier

Profitant de la maladresse des Strasbourgeois, le leader de Jeep Elite a livré une belle performance collective (85-61), dans le sillage d’un Théo Maledon (18 pts) particulièrement adroit à longue distance.

On le sait, la simple présence de Tony Parker suffit à happer les foules. Alors sitôt la rencontre terminée, nombreux furent les supporters à guetter l’opportunité d’un selfie. Pourtant, les stars du jour étaient à chercher ailleurs, sur le parquet, où l’ultime sonnerie du buzzer venait de consacrer les partenaires de Charles Kahudi. Au profit d’une nouvelle prestation pleine, ces derniers s’étaient même offert le luxe de laisser les secondes s’égrainer, pour ne pas enfoncer un adversaire très (trop ?) vite réduit au silence.

Strasbourg, une victime idéale

Venu entre Rhône et Saône avec un effectif amoindri, Strasbourg avait tout de la victime idéale, et les premières minutes de jeu n’ont fait que confirmer cette tendance. D’autant que cette Green Team est décidément vorace, en témoigne son insatiable faim de victoires. Après deux minutes de jeu, l’Asvel menait déjà 7-0, avec cette impression de toute-puissance qui lui colle à la peau, à plus forte raison à l’Astroballe, où elle semble plus imprenable que jamais. Une bonne nouvelle n’arrivant jamais seule, le public se laissait même porter par une pluie de paniers primés, leur équipe faisant irrémédiablement le trou : 50-30 à la pause, 67-48 à la fin du troisième quart-temps.

La Green Team faisait le spectacle, emportée par ses deux artificiers en chef, le prodige Maledon (18pts, 4/5 à 3pts) et son pendant polonais, A.J Slaughter (14pts, 4/5 à 3pts). Résultat, les hommes de Zvzedan Mitrovic pouvaient souffler et inviter ses jeunes loups au festin. Ces derniers se sont fait les dents et celles-ci semblent déjà bien aiguisées. L’issue finale connue de tous, la Green Team offrait même le luxe d’un départ express à ses VIP cumulards, attendus du côté de Décines (Christophe Marguin, Thierry Braillard ou Parker Sr). Sur la route du Parc OL comme sur celle des play-offs, ce dimanche, tous les feux étaient au vert.

                                 Dimanche 5 mai 2019