Par Morgan Couturier

Devant un parterre de sportifs de renom, l’ancien gymnaste reconverti dans la politique en 2014, a été élevé au grade de chevalier de l’ordre national du mérite. Une consécration pour ce champion accompli et apprécié.

En matière de sport, le prestige d’un athlète se juge souvent à ses titres et ses médailles. À ce jeu, Yann Cucherat n’est pas en reste si l’on en juge la panoplie de distinctions que l’ancien gymnaste conserve précieusement dans un placard de son domicile familial. Mais certaines ont plus de valeur que d’autres. Comme cette médaille de chevalier de l’ordre national du mérite reçue des mains d’un Tony Parker aussi à l’aise au micro que sur les parquets. Moins pour le protocole.

A l’heure des remerciements, le natif de la Croix-Rousse n’a pas hésité à ériger ce moment en « plus beau souvenir de ma carrière ». « C’est un panoramique du meilleur de ma vie qui s’offre à ma vue », a-t-il glissé la gorge nouée, avant de retenir quelques larmes, au moment d’évoquer sa famille, dont sa femme Blandine et ses enfants, Evan, Pablo et la petite Angélina, particulièrement à l’aise dans l’exercice de l’interview.

Un instant hilarant qui n’aura pas manqué de faire sourire des invités prestigieux, parmi lesquels figuraient David Douillet, Yann Roubert, Frédéric Michalak, Gaëtan Muller, Marie-Sophie Obama et les ambassadeurs de l’OL Grégory Coupet, Florian Maurice, Patrick Illiou, Olivier Blanc et le président Jean-Michel Aulas, dont les facéties avec Tony Parker n’ont pas échappé au maire Gérard Collomb. « Peut-être est-ce le début d’une grande association », a témoigné l’édile, particulièrement taquin.

Et si Gégé a salué « la loyauté » de son poulain, il a également gratifié la foule d’une savoureuse anecdote : « Cher Yann, en 2013, le 16 novembre pour être précis, j’ai assisté à ton jubilé au Palais des Sports. Ce qui m’a impressionné, c’est la créativité du spectacle et ton sang-froid. Dans la voiture, en rentrant chez moi, je savais que j’avais trouvé mon futur adjoint aux sports ! ». L’histoire était en marche. Depuis, Gérard Collomb n’exprime aucun regret. Yann Cucherat non plus.

Lundi 13 mai 2019