Par Christophe Magnette

Institut Paul-Bocuse pour les épreuves, deux plats emblématiques de Monsieur Paul comme juges de paix, puis dîner (trois étoiles) chez Pierre Orsi. La journée de sélection française avait tout d’un hommage appuyé au maître de Collonges.

“Le niveau a été exceptionnel”. À l’unisson, tous les membres du jury (parmi lesquels Pierre Orsi en qualité de président, sans oublier Christian Bourillot, Alain Le Cossec, Christophe Marguin, Bernard Leprince etc.) ont éprouvé la même difficulté au moment de départager huit finalistes “qui n’ont rien raté” dixit Christian Bourillot.

La barre était pourtant haute pour les 5 heures d’épreuve avec deux plats à préparer et non des moindres : rougets en écailles de pomme de terre et volaille de Bresse en vessie servi entière farcie d’une farce ménagère libre sauce poulette accompagnée de ravioles aux champignons et foie de volaille en forme libre, servie à part dans un consomme !


Deux plats emblématiques de Paul Bocuse, rien que ça ! Le Cannois Vivien Rouleaud (Le Chabichou – Courchevel) a donc été plébiscité devant Ludovic Nardozza (Domaine de Clairefontaine) et Gilles Leininger (Le Jardin Secret). Il participera le 19 novembre prochain (au Lutécia à Paris) à la grande finale du 52e prix culinaire international Le Taittinger.

Un moment particulier également pour le directeur régional des Champagne Taittinger, l’ex. rugbyman Alain Lorieux qui tirera sa révérence dans six mois.

Lundi 8 octobre 2018