Le président de Région a fait par de ses inquiétudes par voie de missive à la ministre de la Décentralisation Marilyse Lebranchu.

 

Jean-Jack Queyranne craint que la future réforme territoriale ne se fasse au débit des compétences de l’institution régionale, qui pourraient bien être vampirisées par la future métropole lyonnaise dite « d’intérêt européen. » Il dénonce une « déconcentration faite sur le dos des collectivités (…) alors que la question de l’articulation entre Régions et métropoles n’est pas encore tranchée par l’Elysée et Matignon. »