Jeudi 31 mai 2012,

 

Michel Neyret, libéré discrètement de la prison de la Santé le mercredi 23 mai après près de huit mois de détention provisoire, a été contraint, par les magistrats en charge de son dossier judiciaire, de s’installer dans un coin de l’Est de la France loin de Lyon, endroit d’abord tenu secret. Mais très vite, le journaliste lyonnais, Maurice Fusier, Grand Reporter au bureau de Radio France à Lyon, entrera en contact avec l’ancien n°2 de la Police Judiciaire lyonnaise: ils se connaissent depuis longtemps. Et Michel Neyret acceptera de recevoir ce journaliste. Et seulement lui ! Une semaine après la libération du policier, ils vont donc se retrouver et passer quelques heures ensemble.

 

Selon Maurice Fusier, Michel Neyret a accepté de parler en exclusivité à son micro, sous réserve que ne soit pas abordé son dossier en cours, «  par respect pour l’appareil judiciaire, pour les magistrats qui m’ont remis en liberté, et pour mes deux avocats qui ont effectué un travail remarquable  », dira le policier. Et donc, dans cette interview unique, Michel Neyret a évoqué les moments difficiles en prison, et le retour à la vie. Il a aussi remercié les milliers de gens qui, en près de huit mois, lui ont expédié environ 25 kilos de courriers de soutien. Il a conclu en souhaitant avoir l’autorisation de retrouver sa famille dans un proche avenir.

 

Cette interview diffusée sur France Info et France Inter le jeudi 31 mai au matin a fait fébrilement le tour de toutes les radios, télés, et journaux de France. Et peut-être même également de Navarre… Un sacré scoop pour Maurice Fusier. On apprendra ensuite rapidement, par d’autres de ses confrères journalistes, que Michel Neyret est contraint d’habiter depuis sa libération dans de la famille à Toul, près de Nancy. Les journalistes seront alors nombreux à faire le voyage dans l’est, mais en vain. Car le policier ne parlera plus dans l’immédiat.

 

Cliquez ci-dessous pour écouter l’interview