Le sénateur-maire PS de Lyon a estimé mercredi que "pour que le Parti Socialiste retrouve une crédibilité dans l'opinion publique, il ne convient pas d'étouffer le débat mais de lui donner de la profondeur", alors que Martine Aubry vient de rappeler à l'ordre le député Manuel Valls.

 

Dans un communiqué, M. Collomb souligne qu'"au moment même où nos alliés traditionnels rejettent nos propositions d'alliance, il serait dommageable que le Parti socialiste puisse apparaître comme prêt à se priver de militants au motif qu'ils useraient d'une trop grande liberté de parole. Il faut certes rassembler les militants socialistes. Mais pour cela il faut convaincre et non contraindre!" Le PS, qui "vient de subir un échec cinglant aux élections européennes, doit en tirer pleinement les conséquences et rien ne serait pire que d'imputer son désamour avec les Français aux seuls manquements à la discipline du parti", ajoute le sénateur-maire. "Partout sur les blogs, dans la société, la parole est libre. Il serait paradoxal qu'il n'y ait qu'au sein du Parti socialiste qu'elle puisse être désormais contrôlée", conclut-il dans ce communiqué repris ce matin dans le Figaro.