Pour le sénateur-maire de Lyon, il faut désormais « accélérer les prises de décision » pour rassurer les milieux économiques.

 

Devancé par François Rebsamen sur la question du cumul des mandats, Gérard Collomb s’est fait le défenseur des entrepreneurs, lassés selon lui par le manque de « lisibilité de l’action gouvernementale. » « Les décideurs sont prêts à accepter des sacrifices, une nouvelle donne, mais ils veulent la connaître, glisse Collomb dans les colonnes du Figaro . Ce qui tue, aujourd’hui, c’est l’incertitude. »

 

Toujours défenseur du modèle scandinave, le sénateur-maire lance des pistes. « Il faut un choc d’offres pour rendre nos produits plus compétitifs, explique-t-il. Cela peut passer par des mesures sur la TVA ou sur la CSG pour abaisser les charges sociales des entreprises (…) C’est une véritable politique de flexisécurité qu’il faut mettre en œuvre, qui assure la protection individuelle des salariés et qui permette aux entreprises de ne pas être prisonnières de structures figées. »

 

Si Collomb juge l’augmentation de la pression fiscale « inévitable » , il déplore les acrobaties d’un gouvernement qui veut à la fois équilibrer les comptes de l’Etat tout en augmentant la dépense publique. « Ce qui trouble nos concitoyens, c’est l’annonce de mesures qui peuvent paraître contradictoires: des dépenses nouvelles, avec le retour à la retraite à 60 ans et la création des emplois d’avenir, et des prélèvements nouveaux très importants pour ramener le déficit à 3% en 2013. »