Par Justin Calixte

Il y avait beaucoup de déçus parmi mes amis de droite ce dimanche soir. Il faut dire, qu’intoxiqués par la propagande fillonesque, ils attendaient des « votes cachés » qui ne sont bien sûr pas venus puisqu’ils n’ont jamais existé.

Militants ou sympathisants ont eu du mal à accepter la défaite de leur candidat et leur rancœur était palpable. Cependant ils n’allaient pas jusqu’aux outrances des jeunes fillonistes hurlant après les résultats : « La presse, la presse, on t’enc… » Je ne sais si parmi eux, il y avait des gens de « Sens commun » qui ne sont pas fanatiques des relations entre homosexuels. Si oui, avouez que le paradoxe ne manquerait pas d’humour.

Passé le désarroi, la colère s’est mise à monter chez mes amis défaits : « C’est la faute à Fillon, il aurait dû se désister ! Ceux qui n’ont pas réussi à le décourager ne valent pas mieux ! Son obstination était absurde ! C’était bien la peine de démolir Juppé et Sarko pour en arriver là ! N’importe qui à droite aurait fait mieux ! J’espère qu’il ne va pas se représenter à la députation à Paris ! Pauvre Pénélope, elle va plus avoir de boulot ! …» Diable ! Voilà qu’eux aussi s’y mettent. On peut imaginer que les règlements de compte et trahisons en tout genre ne vont pas manquer.

Qui aurait pu croire il y a 6 mois que cette élection gagnée d’avance par la droite puisse être remportée par la baudruche Macron (c’est ainsi que le surnommaient la presque totalité des journalistes au moment de son apparition. Ruth Elkrief, Eric Brunet, Christophe Barbier, Jean-Jacques Bourdin sur BFM n’ont toujours pas changé d’avis ; il suffisait d’écouter leurs commentaires dimanche soir). Le lundi matin, les mêmes mais aussi Apathie, Cohen, Jean-Claude Dassier et quelques autres lui cherchaient déjà des poux dans la tête : « il n’a fait que 24%…. il n’aura pas de majorité…. Il n’aurait pas dû fêter sa victoire à la Rotonde… (comparée honteusement au Fouquet’s)… »

Continuez comme ça journalistes à 2 balles ; aujourd’hui, Le Pen + Mélenchon + Poutou rassemblent près de 45% des électeurs. En continuant vos numéros de starlettes médiatiques indécrottables, vous nous garantissez à court terme l’arrivée du populisme triomphant. Pour un peu, si je n’étais pas aussi bien élevé, je reprendrais la formule des jeunes fillonistes énervés de dimanche soir.

PS : les résultats qui bouleversent la donne politique en France pourraient avoir également des répercutions d’importance dans notre région. Si Collomb était appelé au gouvernement, il devrait quitter son mandat de maire et Wauquiez a déjà annoncé qu’il quitterait la Région afin d’assouvir son goût pour les sunlights. Mais nous en reparlerons…