Jérôme Bocuse lors du dernier SIRHA. Tout lui sourit – Photo © Le Photographe

Par Marc Polisson

L’info connue des initiés a été officialisée vendredi : Jérôme Bocuse a racheté les participations de Jean Fleury et de la banque Naxicap Partners qui était entrée au capital de Nord-Sud Développement en 2010.

Les brasseries Le Nord, Le Sud, L’Est, l’Ouest et les restaurants Fond Rose et Marguerite (27 millions d’euros de CA) sont de nouveau intégrées à la sphère familiale. Le controversé Jean Fleury a rendu son tablier. Quant à la banque d’affaires, filiale de Natexis, elle aura fait le job pendant 4 ans en accompagnant le groupe dans son développement qui va se poursuivre avec l’ouverture d’une brasserie dans l’Hôtel Dieu en 2017. Elle repart en réalisant sans doute une plus-value moins importante que celle escomptée au départ en raison de la conjoncture. Cinq banques emmenées par la Banque Populaire Loire et Lyonnais ont financé l’opération de reprise.

Voici la répartition du capital du nouvel ensemble rebaptisé « Pol Développement » : Jérôme Bocuse (38%), Paul Bocuse (25%), le directeur général Paul-Maurice Morel (25%), et le solde aux cadres opérationnels comme les emblématiques Marco (L’Est) et Thibaud (L’Ouest), le chef Eric Pansu, ainsi que le groupe de Collonges (Vincent Le Roux + les chefs MOF Christophe, Gilles et Olivier). Pour superviser l’ensemble, Jérôme Bocuse va augmenter la fréquence de ses allers-retours entre Lyon et Orlando – où il dirige déjà deux restaurants dans le parc Disney. « C’était ça ou les brasseries partaient dans le giron d’un groupe comme Flo  » se réjouit le fils de Monsieur Paul, confiant dans sa nouvelle équipe : «  On est tous de la même génération et on a tous la même vision » nous a-t-il assuré depuis les USA.

C’est une nouvelle étape franchie dans sa succession réalisée de son vivant par le chef de Collonges qui vient de fêter ses 89 ans. Dans cette opération à haut risque, Paul Bocuse a réussi à mettre ses deux familles d’accord. L’enjeu financier est tel que ce n’était pas gagné d’avance, mais Monsieur Paul peut avoir la satisfaction de voir son œuvre perdurer sans guerre de tranchées. De façon très ingénieuse, il a mis en place un système de participations croisées complexe, mais que l’on peut résumer avec cette formule simple : « tout le monde est dans le même bateau et rame dans le même sens. »

Issue de son union avec Raymonde Duvert, sa fille Françoise Bernachon va continuer à superviser  l’auberge 3 *** et l’abbaye de Collonges – dirigées par son gendre Vincent Le Roux – tandis que les brasseries lyonnaises et américaines reviennent donc à Jérôme (fils de Raymone Carlut). Les autres activités à l’international gérées par Patricia, la troisième femme de Monsieur Paul, comme les restaurants sous licence au Japon ou les produits Paul Bocuse ont quant à elles déjà été rachetées il y a 5 ans par Jérôme Bocuse.