etam Etam peaufine sa nouvelle vitrine après les violences de samedi soir – Photo © Fabrice Schiff

 

Huit personnes étaient en garde à vue à Lyon et cinq à Grenoble dimanche, après les incidents qui ont émaillé la fin de match Algérie-Egypte samedi soir, a-t-on appris de source policière.

 

A Grenoble, 17 véhicules ont été incendiés, des vitres de bus brisées et la circulation perturbée par des "supporters", tandis que des projectiles ont été lancés contre les forces de l'ordre. Sept personnes ont été interpellées et cinq placées en garde à vue dans les locaux de l'Hôtel de Police de Grenoble. A Lyon, où des supporteurs ont aussi bloqué des rues du centre ville, la police a fait usage du flash-ball pour disperser une centaine d'entre eux en début de soirée. Quatre jeunes, dont plusieurs mineurs, ont été interpellés et mis en garde à vue après des dégradations de vitrines – dont celle d'Etam -, rue de la République. Quatre autres, âgés de 19 à 24 ans, ont été placés en garde à vue après des jets de projectiles, pierres et feux d'artifices, sur les forces de l'ordre, et des dégradations, a indiqué la police. Les pompiers ont recensé quatre feux de voiture et quatre feux de poubelle dans le Rhône. Des bagarres ont également eu lieu dans le quartier des Terreaux, entre commerçants turcs et supporters algériens. Les Pharaons ont battu les Fennecs algériens 2 à 0 dans les derniers instants du match samedi au Caire, alors qu'un échec avec un seul but d'écart aurait suffi à qualifier l'Algérie pour le Mondial 2010. Les deux équipes devront disputer un match d'appui mercredi au Soudan.